Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Le TRUC

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFS - SF Savoie

Sous Secteur
Tarentaise

Quartier

Maître d'ouvrage
MIL - Séré de Riviéres

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1894

Commune
BOURG SAINT MAURICE (73700)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
45.631235 - 6.756360

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Inachevé

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



ARMEMENT, Artillerie


Le fort est doté en 1940 de 4 piéces de 105 L mle 1913, réinstallées dans les années 30 lors de la réactivation du fort et de son intégration dans le dispositif de défense de la ligne Maginot.


CONSTRUCTION, Cout


Le cout de construction du Fort du Truc fut d'environ 1 500 000 Fr Or


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet


La mission du Fort du Truc est d'assurer avec le fort de Vulmix la couverture d'artillerie des routes du col du Petit St Bernard, des hauteurs de la vallée de l’Isère et la forêt de Malgovert.
De part sa position, il assure la protection de la batterie de Vulmix en couvrant les positions qui la dominent.
Source : fortiffsere.fr


DENOMINATION, Dénomination officielle


Le Fort du Truc est aussi appelé Fort des Quinze cent


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


Le fort du Truc est servi en 1940 par la 8° Bie du 164° RAP sous le commandement du Cne Constantin


EQUIPEMENT, Hydraulique


Le Fort du Truc est alimenté en eau par le captage d'une source (conduite enterrée et canal de surface) et par la récupération des eaux de pluie.
Réserves : 150 000 L dans une citerne située en sous-sol.


EQUIPEMENT, Mobilier et second œuvre


Les châlits en bois visibles sur les photos ci dessous ont été installés dans les années 30 pour remplacer les lits de camp utilisés jusqu'en 1916


HISTORIQUE, Construction


Le Fort du Truc a été construit en 1894. Il sera modernisé avant le conflit de 1914 avec l'arrivée du télégraphe et le renforcement de la caponnière par une dalle de béton destinée à lui permettre de résister aux calibres d'artillerie utilisés à l'époque. Un observatoire cuirassé projeté ne sera pas réalisé et l'ouvrage sera désarmé en 1916, puis réarmé dans les années 30 avec 4 pièces d'artillerie du fait des tensions avec l'Italie.

La chefferie du Génie de Chambéry propose à l'approbation en Aout 1939 un projet de construction d'une casemate type STG pour deux canons de 75mm Mle 1897, orientée vers le sud-est en couverture des pentes menant au Courbaton et en interdiction de la haute vallée de l'Isère. Ce projet s'attire un certain nombre de commentaires de la STG, relativement au type d'arme utilisé (75mm Mle 1897 versus 1897-1933), aux accès aux chambres de tir, à la protection des embrasures pour une casemate quasi frontale, à la possibilité de faire du tir en site négatif de 6°... Il est cependant approuvé fin décembre 1939 sous réserve que des solutions soient amenées aux points soulevés par la STG.

Le projet modifié de cette casemate est remis en approbation en Avril 1940, après validation interne par le comité mixte artillerie-génie de la 14° Région Militaire. Il intègre cette fois-ci des canons de 75mm Mle 1897-1933, ce qui permet de reprendre des solutions architecturales et électro-mécaniques déjà éprouvées dans le Nord-Est (Sundgau). Les événements de Mai-Juin 1940 ne permettront pas de concrétiser ce projet très tardif.

Source(s) : SHD - carton 2V280



© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 01/02/2019