Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot



VANOISE

( Ouvrage d'infanterie )









Secteur Fortifié
SFS - SF Savoie

Sous Secteur
Palet Vanoise

Quartier

Maître d'ouvrage
MIL - Commandement

Constructeur
MOM

Année
1932

Commune
TERMIGNON (73500)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
45.380183 - 6.827753

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Plan sommaire








Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie

2 mitrailleuses (Hotchkiss 8mm ?)
Fusils mitrailleurs
Mortiers (Brandt de 81 mm Mle 2731 ?)


CONSTRUCTION, Description

L'avant poste est constitué d'un abri relié à 5 blocs par des galeries bétonnées :
- Bloc entrée : non armé, équipé d'une porte métallique légère ,
- Bloc 1 : 2 créneaux pour mitrailleuse, couvrant la rive gauche du col de la Vanoise et le vallon de la Leisse ,
- Bloc 2 : 1 créneau pour mitrailleuse, flaquant en direction de Entre Deux Eaux (vers Termignon) ,
- Bloc 3 : 1 créneau FM sous béton, prenant en enfilade le chemin muletier du col de la Vanoise ,
- Bloc 4 : sortie de secours, non armée, équipée d'une porte métallique légère ,
- 2 abris alpins en fortes tôles enterrés ,
- 1 PC ,

Un observatoire était prévu, mais non construit.

Tous les locaux sont en surface, simplement bétonnés.
Cela résulte principalement des difficultés de transport des matériaux à ces altitudes, par la limitation des couts liée à la priorité donnée aux ouvrages CORF de Maurienne, mais ne pose pas de réél problème du fait des difficultés d'approche de l'artillerie adverse.

A l'extérieur : emplacement d'armes automatiques et de mortier en pierres sèches.


DENOMINATION, Dénominations alternatives

Initialement appelé ouvrage de la LOSA ou de la LOZA dans les documents d'époque, pour éviter la confusion avec l'ouvrage CORF de la VANOISE (au col à côté du refuge F. Faure) envisagé par la commission.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité

L'avant poste est initialement prévu pour une section de 30 à 40 hommes.
En juin 1940 il sera tenu par 10 hommes du 70e BAF sous le commandement du Lt de La Noue.


HISTORIQUE, Construction

La nécessité de défendre le col de la Vanoise, permettant à un assaillant venant de haute-Tarentaise de contourner les défenses de Tarentaise et de Maurienne, est évoquée pour la première fois par la CDF en début 1930 comme conséquence du raccourcissement de la ligne principale en Savoie. Alors que cette ligne de défense principale passait initialement dans le projet de 1929 au droit du col de l'Iseran et englobait le Mont Cenis, le manque de moyen entraina le report de cette ligne principale sur le tracé direct Villaroger-Col du Palet-Col de la Vanoise-Modane. Ce changement est initialement critiqué par l'EMA, mais finalement soutenu et approuvé par le Mal PETAIN.

Mi-septembre 1931, une reconnaissance commune faite au col de la Vanoise par le général commandant la 27°DI et le col OEHMICHEN, chef du secrétariat de la CORF Sud-Est, aboutit à deux projets concurrents pour verrouiller ce passage stratégique. La CORF préconise un ouvrage au col proprement dit, à côté du refuge et sur la LPR théorique, alors que la 27°DI propose un ouvrage sur le ressaut au-dessus de la vallée de la Leisse, 3 kilomètres en avant de là.

Le conflit étant ouvert, l'EMA demande au général BELHAGUE d'arbitrer la question, profitant d'une visite qu'il doit faire dans les Alpes en fin Octobre. Le général rend son verdict (Note 489/FA du 30 Octobre 1931), par laquelle il donne raison... aux deux parties, tout en regrettant que le col d'Aussois soit omis dans ces projets bien qu'encore plus dangereux que celui de la Vanoise. Sa recommandation est de construire un ouvrage CORF au col, comme proposé par le col OEHMICHEN, mais de créer une position d'avant-poste à l'endroit proposé par la 27°DI. L'ouvrage CORF ne verra pas le début d'un commencement d'étude sérieuse puisqu'inclus dans un 2e cycle (programme étendu) qui ne verra jamais le jour, mais la 14°RM - confortée dans sa position - inscrira la construction de l'avant-poste de la VANOISE (alors nommé AP de la LOSA pour ne pas le confondre avec l'ouvrage CORF) au programme 1932 suite à l'approbation officielle du gal GAMELIN accordée le 16 Novembre 1931 (note 2639 3/11-1).

L'avant-projet de principe, émis par la DG de Grenoble pour le compte de la 27° DI, inclut un ouvrage principal constitué d'un petit abri alpin pour 12 hommes, trois blocs mitrailleuses (1 vers le nord-est, 2 vers le sud-est) reliés à cet abri, ainsi qu'un bloc observatoire, le tout desservi par deux entrées non protégées. Un bloc annexe pour FM est prévu sur l'autre versant du col, à 400m au nord-est et légèrement en contrehaut, pour couvrir l'ouvrage principal.

L'ouvrage, dont la construction par la MOM (27° DI) a pourtant bien débuté par l'installation de chantier à l'été 1932 (*) et le percement de l'abri alpin, n'a cependant jamais été achevé... Le chantier initial est stoppé en fin de campagne 1933. A cette date, seuls les blocs actifs Sud et les galeries de l'abri sont percées, les entrées ne sont pas encore bétonnées ni le bloc Nord. L'aménagement intérieur est inexistant. Le chantier est laissé en l'état sur 1934 et 1935 sans aucun travaux supplémentaires par manque de personnel MOM disponible.

Début 1936, le Gal commandant la 14° RM demande au Génie que l'ouvrage et le chalet de temps de paix mitoyen soient enfin achevés. Le Génie est quelque peu embarrassé, car il ne dispose pas de plans d'avancement à date, et toutes les personnes ayant participé au chantier ont tourné dans l'intervalle. Un projet d'achèvement est néanmoins bâti sur la base de quelques renseignements glanés (l'ouvrage est à cette date inaccessible - sous la neige…). Comme aucun budget n'a été prévu pour ce travail, la chefferie de Chambéry propose de faire faire par main d'œuvre militaire (MOM) les travaux initialement prévus en 1936 par main d'œuvre civile à l'ouvrage des ROCHILLES. Ce changement permet une économie de 40.000 F qui suffiront pour achever l'ouvrage de la VANOISE là aussi par de la MOM (70° BAF).

Les entrées et le bloc Nord sont coulés en 1936 mais les aménagements ne pourront être faits avant Mai 1937.

En 1940, les cuirassement ne sont toujours pas installés (cloche obs, créneaux et portes blindées) et le bloc d'observation n'a pas été réalisé.

(*) le S-Lt RIBIERE, chef de chantier de l'AP, meurt dans un accident de montagne le 23 Aout 1932, alors qu'il tentait l'ascension (sans autorisation hiérarchique...) de l'aiguille de la Grande Glière dans le massif de la Grande Casse avec un ami civil qui décèdera lui aussi. L'enquête conclut à une faute de l'officier et est rapidement close, avec rappel à l'encadrement que les activités de sport de montagne passent après le travail et uniquement sur autorisation du commandement...
Source(s) :
SHD - carton 7N3847 (travaux Alpes), 4V687 (Chefferie Chambéry 1935-36), 4V701



Page n° 12303 mise à jour le 25/01/2023 - © wikimaginot.eu 2023




La visite de ces constructions peut se réveler dangereuse, Mise en garde

Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu