Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




ROQUEBRUNE - CORNILLAT

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFAM - SF Alpes-Maritimes

Sous Secteur
Corniches

Quartier
Menton

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1933

Commune
ROQUEBRUNE CAP MARTIN (06190)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
43.770077 - 7.467297

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



ARMEMENT, Observation


Les cloches GFM des blocs 3 et 4 étaient utilisées comme observatoires auxiliaires d'artillerie et sont équipées de périscopes type J2.

Le bloc 4 aurait initialement du être équipé d'une cloche observatoire VDP (Vision Directe et Périscopique) parfaitement adaptée à l'observation d'artillerie qui sera en définitive attribuée au PO de la Fertè et remplacée par une cloche GFM type A


Le B3 est équipé d'un rare créneau observatoire, co-axial et en avant des créneaux d'artillerie.


CONSTRUCTION, Cout


Le coût de construction de l'ouvrage s'élève à 20 291 000 Frs de l'époque


CONSTRUCTION, Description


L'ouvrage de Roquebrune est un ouvrage d'artillerie CORF

Bloc 1 (entrée mixte) :
- 1 cloche GFM A
- 1 cloche LG
- 2 créneaux FM

Bloc 2 :
- 2 créneaux de 75/31
- 2 créneaux de 81
- 2 cloches GFM A
- 1 cloche JM tirant dans le même axe que les pièces d'artillerie
- Poste optique vers Cap Martin

Bloc 3 :
- 2 créneaux de 75/31
- 2 créneaux de 81
- 1 créneau JM
- 2 cloches GFM A
- 1 cloche LG
- Poste optique vers Saint Agnes


Bloc 4 :
- 1 créneau FM, orienté vers le B3
- 1 cloche GFM A
- 1 cloche JM orientée Est-Sud-Est

Deux blocs supplémentaires auraient été prévus:
- un bloc d'artillerie, armé de 4 mortiers de 81 (Bloc D)
- un bloc d'infanterie nord, armé d'une cloche GFM (Bloc E).
Ces blocs n'ont pas été réalisés, mais la fouille du bloc d'artillerie commencé en 1939 est encore visible.


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet


La mission de l'ouvrage de Roquebrune était l'interdiction du littoral au sud et des vallées au nord grâce a ses deux blocs d'artillerie


DENOMINATION, Dénomination officielle


L'ouvrage est aussi connu sous les codes RQ et EO13.


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


Pour l'artillerie, les indicatifs suivants s'appliquaient aux cloches GFM de l'ouvrage utilisées comme observatoire d'artillerie:
- Bloc 4 : O 6
- Bloc 3 : O 7


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage de l'ouvrage Maginot de Roquebrune était composé de 284 hommes et de 9 officiers principalement issus du 96° BAF pour l'infanterie, du 157° RAP pour l'artillerie et du 215° BGF (Bataillon du Génie de Forteresse) pour le génie et les transmissions

Cdt d'ouvrage : Cne Gaillot puis Aubouy à compter du 18 mai 1940
Major d'ouvrage : Lt Giaume
Médecin d'ouvrage : Lt Robert

Cdt l'infanterie : Lt de Royau
Cdt le SRI : Lt Guerin
Cdt les blocs : Slt Cregut, Lt Ferrero et Vidry

Cdt l'artillerie : Lt Serradeil
Cdt le SRA : Slt Cretin
Cdt le PC des mortiers : Lt Mutale, Asp Ducos

Chef de la section de réserve mobile : Lt Guérin


EQUIPEMENT, Electrique


L'ouvrage était raccordé au réseau électrique civil . L'usine électrique destinée à prendre le relai était équipée de trois groupes électrogènes dotés d'alternateurs Alsthom. Les moteurs équipant ces groupes sont des moteurs Alsthom diesel deux temps de 89 cv similaires à ceux ayant équipé l'ouvrage du Mont Agel avant leur dépose dans le cadre de la modernisation de l'ouvrage faite dans les années 60.
Un groupe électrogène CLM 1PJ65 doté d'un compresseur complètait le dispositif. Il permettait d'assurer l'éclairage de l'usine et le gonflage des bouteilles d'air comprimé qui sont utilisées pour le démarrage des groupes électrogènes.

NB : Les moteurs Alsthom équipant les groupes électrogènes de l'ouvrage ressemblent étrangement à des moteurs SMIM mais sont bien de fabrication Alsthom


EQUIPEMENT, Transmissions


Le central principal de l'ouvrage était un central à 80 directions, composé de deux panneaux muraux pour 32 abonnés et d'un panneau pour 16 abonnés ainsi que d'une ou deux tables d'opérateur à 14 circuits

Le central tir est et les centraux des PV des blocs d'artillerie étaient des centraux à 16 directions composés chacun d'un carter étanche pour deux centraux amovibles à huit directions.
Tous le matériel téléphonique était du matériel TM 32 spécifiquement développé pour la fortification Maginot


L'ouvrage était relié au réseau téléphonique militaire de la fortification par deux câbles à 14 et 6 paires


L'ouvrage était enfin relié par deux créneaux optiques avec le Ste AGNES (à partir du B3) et le CAP MARTIN (à partir du B2) et avec l'observatoire Est du MONT-AGEL par une des cloches GFM.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle


L'ouvrage a été entretenu par l'armée jusqu'à la fin des années 70 comme dépôt. Il est resté en bon état jusque au début des années 2000 ou il a été la proie des ferrailleurs.
2014 - Il est aujourd'hui utilisé comme atelier stockage par les services municipaux de la commune.


HISTORIQUE, Chronologie


Le bloc 2 a tiré 599 coups de 75mm et 770 coups de 81mm lors des hostilités italienne de juin 1940.



© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 07/09/2019



Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes et être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos ou documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu