Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




CASTILLON - (CN) EO8

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFAM - SF Alpes-Maritimes

Sous Secteur
Corniches

Quartier
Castillon

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1935

Commune
CASTILLON (06500)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
43.836200 - 7.459049

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



ARMEMENT, Artillerie


Bloc 3 :
Le canon de 75mm Mle 1929 de gauche porte le n°23 (marché de 1931), et celui de droite porte le n°48 (marché de 1933).


ARMEMENT, Observation


L'ouvrage disposait de deux organes d'observation: une cloche VDP au bloc 4, et une cloche GFM A-J2 au bloc 5.

A noter l'existence d'un créneau optique au B4 orienté vers l'ouvrage du Barbonnet.


CONSTRUCTION, Cout


Le coût de construction de l'ouvrage s'élève à 15 558 000 Frs de l'époque


CONSTRUCTION, Description


L'ouvrage de Castillon est un ouvrage d'artillerie CORF comportant 5 blocs dont un bloc d'entrée auquel se rajoute un bloc cheminée passif destiné à l'évacuation des gaz de l'usine.

L'ouvrage est construit sur deux niveaux séparés de 25 m en altitude, et reliés par un groupe de deux monte-charges. Le premier niveau est celui de l'entrée avec les infrastructures et casernement, le second celui des PC et des magasins des blocs de combat.


Bloc 1 (entrée mixte de plain pied) :
- 3 créneaux FM en extérieur, dans un blockhaus situé à gauche de l'entrée.
A noter que le hall de déchargement est lui-même protégé par 2 créneaux FM, et l'entrée des hommes par un troisième.

Bloc 3 : Casemate d'artillerie
- 2 canon de 75 mm Mle 1929 flanquant à gauche.
- 2 mortiers de 81 flanquant à gauche
- 3 créneaux FM, un en flanquement de façade, et 2 en protection des arrières de l'ouvrage. Compte tenu des fortes pentes autour du bloc, ces créneaux sont inclinés vers le bas. La margelle du fossé diamant a d'ailleurs du être échancrée pour permettre le tir efficace du créneau de façade.
- 1 cloche GFM A
- 1 cloche LG (non équipée)
- 7 goulottes lance-grenade

Bloc 4 : Casemate d'infanterie et Observatoire
- 1 créneau JM flanquant à gauche
- 1 cloche JM flanquant à gauche.
- 1 cloche GFM A
- 1 cloche VDP (indicatif O 34)
- 2 goulottes lance-grenade, une orientée dans le fossé du créneau JM, et l'autre sur la face Ouest du bloc (côté B3)
- 1 tube de communication optique orienté vers le Barbonnet.
Ce bloc n'a pas de créneaux FM de défense des abords, ni d'issue de secours.

Bloc 5 :
- 1 créneau JM flanquant à droite
- 1 cloche GFM A-J2 (indicatif O 35), transformée lors de l'ajournement du B7
- 1 cloche JM frontale, en protection des Avant-Postes.
- 1 créneau FM plongeant, tirant dans le fossé diamant du JM.
- 1 goulotte lance-grenade battant le fossé.

Bloc 6 :
- 2 créneaux de 81, flanquant à droite.
- 1 cloche GFM A
- 2 créneaux FM, un orienté vers le bloc cheminée et l'autre en flanquement de la façade de tir des mortiers.
- 2 goulottes lance-grenade, une dans le fossé et l'autre à l'arrière du bloc côté pente.

Les blocs 3 et 6 possèdent une issue de secours en fond de fossé.

Les blocs 2 et 7 ont été ajournés.

Bloc 2 : Casemate d'artillerie flanquement sud (ajourné car la vallée du Careï est amplement battue déjà par le Mt AGEL, l'AGAISEN, le MONTE GROSSO et le BARBONNET)
- 2 mortiers de 75mm Mle 1931
- 1 cloche GFM A

Bloc 7 : Observatoire (ajourné, car sa fonction essentielle était de servir d'observatoire au B2, lui-même ajourné...)
- 1 cloche VDP
- 1 cloche GFM A


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet


La mission de l'ouvrage était de barrer le col de Castillon, et d'assurer la continuité de feu d'infanterie et d'artillerie entre Ste AGNES et Le BARBONNET.


CONSTRUCTION, Phase ou tranche de construction


Si la construction des blocs 2 et 7 avait été débloquée, il était prévu d'étendre le niveau inférieur avec un grand magasin M1, pour pallier le fait que la route d'approvisionnement de l'ouvrage est pour l'essentiel sous le feu de l'ennemi.


DENOMINATION, Dénomination officielle


L'ouvrage était aussi connu sous les codes CN et EO8.


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


Les observatoires de l'ouvrage portaient pour l'artillerie les indicatifs suivants:
- Bloc 4 VDP : O 34
- Bloc 5 GFM A-J2 : O 35


Le numéro d'abonné de l'ouvrage au réseau téléphonique de la fortification était E279


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'effectif de l'ouvrage était de 344 hommes dont 7 officiers originaires principalement des 76° BAF et 157° RAP.

Cdt de l'ouvrage : Cne FINIDORI (76° BAF)
Major d'ouvrage : Lt MOLINARI (157° RAP)

Cdt l'infanterie : SLt Marcel RAYNAUD (76° BAF)
Cdt l'artillerie : Cne Henri BARASTON (7°Bie du 157° RAP)

Officier Z : Lt BRETON (76° BAF)
Reserves mobiles : Lt Marius GIRAUD (76° BAF)

SRA : Lt REné MIGNOSI (157° RAP)
PC mortiers de 81 et Cdt Bloc 6 : Lt Victor HEYRIES (157° RAP)
Cdt Bloc 3 : SLt Eugène BINDA (157° RAP)
Cdt Bloc 4 : Lt Robert BREHAUDAT (76e BAF)
Cdt Bloc 5 : Lt Pierre RUY (76e BAF)

Médecin : SLt André BROUTIN (157° RAP)


EQUIPEMENT, Electrique


l'usine électrique était initialement équipée de deux groupes électrogènes à moteurs SIMM 6 cylindres de 135 cv et d'un groupe auxiliaire CML 1PJ 65. Un 3eme groupe, installé en 1939, a été saboté par les allemands pendant l'occupation et n'a pas été remplacé.

L'alimentation de l'ouvrage était assurée en temps normal par le réseau civil.


EQUIPEMENT, Hydraulique


L'ouvrage est alimenté par gravité depuis la source Véran sur le plateau de Ségra. Là-haut un réservoir de 200 m3 se vide dans une canalisation souterraine descendant à l'ouvrage, qui possède 4 cuves totalisant 97.000 litres. L'eau est préalablement traité comme il se doit par décantation et désinfection.


EQUIPEMENT, Transmissions


Le central principal de l'ouvrage est un central à 96 directions composé de deux panneaux muraux pour 32 abonnés et de deux panneaux muraux pour 16 abonnés desservis par deux tables d'opérateur à 14 circuits.

Un second central est installé au PC artillerie.


L'ouvrage est équipé d'un poste OTCF (Ondes Trés Courtes de Forteresse) le tenant en relation avec les avant postes de la Baisse de Scuvion et de Pierre Pointue


L'ouvrage est relié au réseau téléphonique enterré par deux cables 6+14 paires en 1935


EQUIPEMENT, Ventilation


L'ouvrage possède en central deux batteries de 6 filtres dans une salle dédiée.

Le B3 a sa propre salle de neutralisation avec 6 filtres avec une capacité "air gazé" de 4600 m3/h. Celle des B6, B5 et B4 contiennent 2 filtres (capacité "air gazé" de 1800 m3/h).


GENERALITES, Spécificités


Le B6 est un bloc avec de grands espaces intérieurs et une mezzanine surplombant les mortiers, ce qui en fait un cas à part. Cette inhabituelle portée de dalle a nécessité dés 1936 des études de renforcement par poutrelles et ferraillage interne.


HISTORIQUE, Chronologie


En 1991, des civils connus pour leur sérieux dans le monde de la fortification créèrent l'association AMICORF. Le premier bureau était constitué de Cima Raymond (président), Fontbonne Rémi (trésorier), Truttmann Michel (secrétaire) et l'objet de l'association était de tenter de sauver l’ouvrage de Castillon en demandant à l’armée de le louer ou de l’acheter.

En 1994, l'ouvrage a été ouvert à l'occasion du 50 ème anniversaire de la libération de Castillon par les troupe américaines provenant d'Italie . Les Anciens libérateurs qui avaient souhaité faire leur "dernier voyage" avant d'être trop vieux ont été chaleureusement accueillis par les autorités civiles et militaires et un public nombreux et la visite du fort fut marquée par une grande émotion.
Les deux ascenseurs n'arrêtaient pas d'aller et venir, alimentés par EDF, mais pour le spectacle et l'ambiance les groupes électrogènes de l'usine tournaient plein régime!

Quelque temps après, l'ouvrage fut mis en vente car l'armée en avait décidé l'abandon. L'association AMICORF se porta acquéreur, mais la commune de Castillon utilisa son droit de préemption pour satisfaire une relation qui entendait mettre la main sur l'ouvrage.

Cette vente fut ensuite annulée lors d'une entrevue à la Préfecture où, après la présentation d'un dossier photographique complet reflétant l'état réel de l'ouvrage, les autorités prirent conscience que celui ci était bien loin de l'état d'épave que l'on leur avait laissé entendre et que cette transaction avait été faussée par des déclarations pour le moins inexactes.

A la suite de cette annulation, le fort fut abandonné durant de nombreuses années durant lesquelles les ferrailleurs se sont régalés.

Quand les intérêts privés priment sur l'intérêt commun ....


HISTORIQUE, Construction


Projet 436F du 23 Juillet 1931, approuvé par DM n° 3 297-2/4 S du 24 Septembre 1931.

Les travaux débutent concrètement en Février 1932.

En 1934, la question de la protection de l'ouvrage contre les gaz est re-posée, car initialement il n'avait pas été équipé de porte-sas étanche derrière l'entrée. Cette décision était basée sur le fait que les gaz de combat, plus lourds que l'air, ne pouvait l'atteindre. Une porte étanche sera finalement installée entre l'usine et le casernement.



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 28/04/2017