Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




RESSAINCOURT

( Dépôt de Munitions )









Secteur Fortifié
ND - Secteur non defini

Sous Secteur

Quartier

Maître d'ouvrage
Non précisé

Constructeur
Non précisé

Année
1934

Commune
SAINT JURE (57420)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
48.935660 - 6.255386

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



CONSTRUCTION, Description


Le parc à munitions de Région Fortifiée de Ressaincourt est l'un des deux dépôts de munition principaux de la Région Fortifiée de Metz, avec MARS la TOUR.

Il est établi sur un terrain boisé et couvre une superficie de 55 Ha.

Son ravitaillement était assuré par un embranchement militaire de la ligne Metz-Chateau Salins à voie normale de 1,435m (Cette ligne à été ouverte en 1904, totalement fermée au trafic marchandises en 1972 et puis déclassée entre 1969 et 1992).

L'embranchement se situait sur la gare de Secourt.


HISTORIQUE, Chronologie


Le dépot de munitions de Ressaincourt est établi en 1934 et cessera la premiére partie de son activité en 1993.

En 2001 alors que le dépot est laissé à l'abandon, un décès se produira lors d'une rave party

Le dépot sera réactivé en 2002 sous la nouvelle appellation de 'Centre de transit et de tri de déchets de guerre de Ressaincourt' avec l'arrivée trés controversée de 9 tonnes d'obus chimiques provenant des Ardennes, stockés en attente de la trés hypothétique construction d'une usine de retraitement des munitions chimiques par l'état.

En 2007 une explosion de munition dans le dépot coutera la vie à deux démineurs du ministère de l'intérieur (Metz) et occasionnera des blessures à un troisième


HISTORIQUE, Construction


Le parc à munitions de RESSAINCOURT est confirmé dés la définition des infrastructures arrières de la RF de Metz en 1928. Ce parc est destiné à recevoir les munitions pour les composantes de la position fortifiée ainsi que celles d'une partie des troupes d'intervalle. Dans le cadre de ces missions, il alimente les dépôts arrières des SF à l'Est de la Moselle dont finalement seulement deux seront réalisés (REINANGE et VERGERS de CHAILLY).

L'autorisation de construction du parc est confirmée par DM le 3 Juillet 1931. L'ajournement par décision d'économie en Février 1932 d'un certain nombre de ces dépôts arrières, et des installations de stockage de ceux qui sont conservés, entraine un changement de mission des parcs à munitions allant dans le sens d'une augmentation de leur capacité de stockage.

L'avant-projet technique de ce parc à munitions - tenant compte de cette nouvelle donne - est préparé et présenté en Avril 1932 dans la configuration qu'on connait actuellement, et qui doit être à même de gérer un flux journalier de munitions de l'ordre de 5000 tonnes (1700 en réception et 3300 en expédition vers les ouvrages et autres) et une capacité de stockage en temps de guerre de 6600 tonnes. Le cout total de construction dépasse cependant de 20% le budget alloué de 10 millions de F, ce qui implique dés le départ le report en 2e cycle plusieurs de ses éléments constitutifs (quelques hangars à locotracteurs, locaux techniques et trois des voies normales du faisceau central). Comme cette première réduction n'est pas suffisante, la CORF autorise la DTF a supprimer de ce projet les stockages prévus pour les troupes d'intervalle. Moyennant cela, l'avant-projet et le budget associé sont approuvés en Juillet 1932.

Les travaux sont finalisés et le parc mis à disposition en fin 1934.

Source(s) : SHD - carton 6V11313bis



© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 05/12/2018