Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Secteur Fortifié de Faulquemont

(SFFA)






Généralités


Le secteur fortifié de Faulquemont (SFFA) couvre la partie la plus à l'est de la Région Fortifiée de Metz (RFM). Ce secteur, bien que faisant partie de la première vague de construction CORF, n'a été construit qu'en 2ème temps, comme prolongation du tronçon Rochonvillers-Anzeling côté sud-est. Pour plus de détail sur l'histoire de ce développement, voir le document joint à cette page.

Lors de sa création, en Août 1939, il s'étend d'une ligne Falck-Mommerstroff côté Nord-Ouest à une ligne Merlebach-Macheren (exclus)- Altviller (exclus)-Guessling côté Sud-Est. Il est bordé à gauche par le SF de Boulay , et à droite par le SF de la Sarre .

Bien que faisant partie intégrante de la RFM qui est la région fortifiée la plus puissament dotée de la ligne Maginot, le caractère tardif de la construction du SFFA, dans un contexte déjà entaché de coupures budgétaires, a largement entamé ce qui était prévu au départ comme pour son symétrique de l'autre côté de la RFM, le SF de la Crusnes .

D'un point de vue géographique, le SFFA est établi sur la ligne de côte qui surplombe de 100 à 150 mètres le bassin houiller de Creutzwald-Carling-Merlebach-Forbach et s'achève au niveau de la vallée de la Nied. Il dispose donc d'une vue surplombante très large sur la frontière franco-allemande. En contrepartie, compte-tenu de la doctrine Maginot de construction de la LPR à minimum 10 km de la frontière, il laisse découvert la totalité du bassin houiller qui ne sera protégée que par quelques avant-postes et constructions tardives.


Insigne du SF de FAULQUEMONT


Insigne du SF de FAULQUEMONT




Organisation de la position


La fortification permanente du Secteur Fortifié de Faulquemont est composée de constructions CORF ( Commission d'Organisation des Frontiéres - 1932-35) complétées par des éléments construits par la Main d'Oeuvre Militaire (MOM)ou décidés par la STG ( Section Technique du Génie ).
A ce dispositif effectivement réalisé se rajoute la ligne ébauchée par la CEZF sur l'arriére de la position.


Ouvrages d'infanterie CORF


Trois ouvrages ont été construits dans le SFFA, ceux auraient initialement du être de gros ouvrages d'artillerie mais les restrictions budgétaires ont amené à reporter en deuxiéme cycle (càd à jamais) la plupart de leurs blocs dont les blocs d'artillerie.



Petits ouvrages d'infanterie CORF



Casemates d'infanterie CORF


La couverture d'infanterie dans les intervalles entre ces ouveages est assurée par 13 casemates d'infanterie CORF, de la casemate C65-Nord de BISTERBERG 1 à la casemate C77-BOIS de LAUDREFANG Sud.


Infrastructures


A ces éléments constituant la Ligne Principale de Résistance (LPR), il convient de rajouter pour la partie infrastructure les casernements des troupes de forteresse bâtis durant cette période ainsi que les dépôts et autres éléments d'infrastructures divers (routes, système téléphonique, etc).
Les casernements de sureté principaux ceux de BAN SAINT JEAN , ZIMMING et TETING .


Constructions MOM ou STG


La CORF n'ayant pas pourvu le secteur fortifié de Faulquemont d'observatoire d'artillerie isolé (l'observatoire du MUTSCHERSBERG sera finalement relié comme B4 à l'ouvrage de KERFENT), d'abri d'intervalle ou de casemate d'artillerie, ces lacunes seront partiellment comblées par le rajout de constructions STG pour deux canons de 75mm Mle 1897



Viennent ensuite, construits par la Main d'Oeuvre Militaire (MOM) avant 1940, 33 blocs de type RFM Modèle 1935 (16 unités) ou 1936 (17 unités) - codés de Ab1 à Ab36 - placés entre ou en arrière des organisations CORF.
Les blocs Mle 1935 sont codés Ab1 à Ab16 (sans Ab5 et Ab11, mais avec Ab1bis et Ab9bis).
Les modèles 1936 sont codés dans l'ordre de Ab17 (Nied) à Ab 30 (Coume) et - insérés sans ordre apparent - Ab33 (Laudrefang), Ab35 (Bisterberg) et Ab36 (Téting).
Les numérotations des blocs type RFM 1935 et 1936 ne sont pas confondues mais séparées et parallèles, à l'inverse de ce qu'on observe sur le versant Ouest de la RFM.


Hors ces gros blocs basés sur des plan-types, on trouve :


34 emplacements pour tourelles démontables Mle 1935 - 37 (At1 à At30 avec des "bis")
7 cuves pour canon de 65mm en position antichar, codés Ac1 à Ac7
4 blocs équipés de cloches Pamart (Acp1 à Acp4) autour de Téting
8 boucliers pour canon antichar (Abo1 à Abo8)
8 observatoires de campagne (Ao1 à Ao8). Sur ces 8 blocs, 4 sont composés de carcasses de chars FT17 et 4 ont des guérites.
Une quarantaine d'abris/PC.


En avant de la LPR, le no-man's-land est protégé par 8 maisons-fortes de la GRM (Garde Républicaine Mobile) dont le rôle est servir de sonnette d'alarme à la ligne Maginot et de retarder l'avance ennemie par le biais de destructions de route.

Comme ailleurs, la période de la drôle de guerre (Septembre 1939 - Mai 1940) verra la multiplication de petits blocs MOM légers placés de façon plus ou moins anarchique dans les intervalles.


Ligne CEZF


Enfin et pour cloturer la liste, 5 à 10 kilomètres en arrière de la LPR, à l'extrémité Sud-Est de celle-ci, on trouve des blockhaus de la ligne CEZF ( Commission d'Etude des Zones Fortifiées ).
Constituée de gros blockhaus de type STG Mle 1939 simples ou doubles, cette ligne dont la construction est lancée en 1940 est à peine entamée lors des hostilités.
Quelques blocs seront coulés, mais aucun n'est équipé de ses cuirassements (cloches, type C et trémies).




Organisation humaine


Etat-Major

A la mobilisation, le SFFA est commandé par le Gal Jules BAUDOUIN jusqu'au 14 Avril 1940. Le Gal de Brigade Joseph MENDRAS (47° DI) prend sa suite pendant 2 semaines en intérim, puis le Gal de Brigade Charles de GIRVAL commande jusqu'à la disparition du SFFA et sa transformation en division de marche.
Le PC de secteur est localisé à la ferme d'Helfedange . Le PC de paix est dans la ferme, et un PC de guerre bétonné était en construction en arrière de celle ci en Mai 1940


Chef d'Etat-Major : Cdt VERGOZ
Commandant de l'Infanterie : Col VOGEL
Commandant de l'Artillerie : Col CARBONNIER
Commandant du Génie : Lt-Col COLLIER (jusqu'en Mars 1940), puis Cdt BURDEYRON



Unités Organiques


Infanterie


Le Secteur Fortifié de Faulquemont est composé initialement de 3 sous-secteurs, puis seulement de 2 sous-secteurs suite à l'affectation du Sous-secteur de Narbéfontaine au SF de Boulay le 25 Septembre 1939.
Le 15 mars, les sous-secteurs de Lixing et Leyviller sont rattachés au secteur.

A la mobilisation, on trouve d'Ouest en Est les unités suivantes:


160° RIF (Régiment d'Infanterie de Forteresse)

Sous-secteur de Narbéfontaine (Passe au SF Boulay le 25 septembre 1939)
Lt-Col BOUET), PC au Gros Bois
3 bataillons


156° RIF

Sous-secteur du Steinbesch (ou Zimming)
Lt-Col MILON, PC à l'Eperon
3 bataillons


146° RIF

Sous-secteur du Bois des Chênes (ou de Teting)
Lt-Col PRAT, PC à Steinbesch puis au Bois de Pontpierre à partir de nov 39
3 bataillons


69° RMIF

Sous-secteur de LIXING (Rattaché le 15 Mars 1940)
Lt-Col Jobin, PC au Bois de Brill


82° RMIF

Sous-secteur de LEYVILLER (Rattaché le 15 Mars 1940)
PC au Vieux Bois



Artillerie


163° RAP (Régiment d'Artillerie de Position)

Sous-secteurs de NARBEFONTAINE et ZIMMING
Lt-Col GUILBERT puis au 15/05/1940 le Lt-Col HANOTEAU)
Trois groupements de batteries totalisant 18 batteries de 75mm (9), 155mm C (3), 155mm L Mle 1877 (3) et 155mm L Mle 1916 (3).


39° RAMF (Régiment d'Artillerie Mobile de Forteresse)

Appui du sous-secteur de TETING
Col BRIGUET
2 groupes de 75mm et un groupe de 155mm C.



Ainsi que quelques unités diverses, dont le III/153° RAP - batteries de 155mm L - positionné sur le sous-secteur de NARBEFONTAINE.



Unités de soutien


Génie : 201° bataillon du Génie (CdB BURDEYRON)
Transmissions : 201/81, 201/82 compagnies (respectivement télégraphie, radio)
Train : 231/20 compagnie auto
Santé : 151° Groupe Sanitaire




Unités de Renforcement


Comme ailleurs, les unités de renforcement ont varié en fonction des mouvements de troupes et réorganisations de front. Au 10 Mai 1940, la couverture de renforcement était sous la responsabilité du 6° CA de la 3° Armée (NARBEFONTAINE) et du 9° CA de la 4° Armée (BOIS des CHENES et STEINBESCH). D'ouest en est, on trouve donc :

Sous-secteur de NARBEFONTAINE : La 26° DI (Gal de brigade Marcel BONNASSIEUX), composée des 86°, 98° et 105° RI (Régiments d'Infanterie) et 36° RAD et 236° RALD pour l'artillerie.
Sous-secteur de STEINBESCH et BOIS des CHENES : 47° DI (Gal de brigade Joseph MENDRAS), composée des 44°, 109° RI, de la 23° DBCPyr (Demi-brigade de Chasseurs Pyrénéens) et des 5° RAD et 205° RALD pour l'artillerie.

Ces deux unités sont des divisions de réserve de catégorie A, plutôt bien équipées, voir renforcée pour la 47° DI. Elles complètent les sous-secteurs correspondants avec leur artillerie divisionnaire.



Historique


La drôle de guerre (Sept 39 - avril 40)

La mobilisation des troupes du SFFA se déroule entre les 21 et 28 Aout 1939, sous supervision de la 3° Armée. La 3° Cie de la 7° Légion GRM occupe les avant-postes et le 37° GRDI assure couverture le temps que la 42° DI s'installe en renforcement, puis participe avec la 6° DIC à l'"offensive" de la Sarre entre le 7 et le 20 Septembre 1939. Le SFFA détache un certain nombre de batteries du 163° RAP et du 39° RAMF pour soutenir l'offensive. Le retrait français entre le 17 et le 20 Septembre 1939 remet l'ensemble des forces à la case départ et cela pour de longs mois de "drôle de guerre".

Un changement important s'organise le 24 Septembre 1939 avec la réorganisation du front. La 4° Armée récupère le contrôle du SFFA, qui perd le sous-secteur de NARBEFONTAINE. Celui-ci demeure rattaché à la 3° Armée et passe donc sous contrôle du SF de Boulay. Le SF de FAULQUEMONT dépend alors du 17° CA (corps d'Armée) avec renforcement de la 41° DI puis du 9° CA à partir du 4 Octobre 1939, avec renforcement de la 6° DIC.

Entre février et avril 1940 la 47° DI prend progressivement la place des unités précédentes du 9° CA. Pendant la période relativement calme d'Octobre à Mars 1940 les troupes en position construisent de nombreux blockhaus entre les installations existant avant la mobilisation. Une deuxième ligne à quelques kilomètres de la LPR est amorcée du plateau au sud de Boulay jusqu'en avant de Faulquemont.

Deuxième changement majeur, le 15 Mars 1940 le SF de FAULQUEMONT récupère le contrôle des deux sous-secteurs de l'aile droite du SF de SARRE. Ces nouvelles limites sont cohérentes avec celles du 9° CA; les sous-secteurs de LIXING (69° RIF) et LEYVILLER (82° RIF) sont renforcés par la 29° DI.


Combats de Mai-Juin 1940


10 Mai 1940 : bombardement intensif sur toute la ligne de défense.

25 Mai 1940 : les avancées de Carling et Forbach sont abandonnées en préparation du repli du 9° CA. Les défenses avancées se repositionnent au niveau de Merlebach.

27 Mai 1940 : Repli de l'ensemble du 9° CA comme conséquence de l'effondrement des armées du Nord du pays. Le commandement du SF prend à sa charge l'ensemble des troupes restées après départ du Corps d'Armée, incluant les sous-secteurs de LIXING et LEYVILLER. Le 20° CA reste le seul élément sur place de la 4° Armée et prend la supervision du SFFA.

29-31 Mai 1940 : les allemands arrivent au contact des avant-postes du SFFA. La 4° Armée disparaît et devient le "Groupement Sarre" et le PC du SFFA se déplace à Landroff.

1er-3 Juin 1940 : combats de retardement sur les avant-postes, qui sont évacués le 3 au soir.
5 Juin 1940 : les deux sous-secteurs de LIXING et LEYVILLER sont transférés à la 52° DI qui est encore en place (20°CA). Le SF de FAULQUEMONT retrouve sa structure à deux sous-secteurs.

13-14 Juin 1940 : dans la nuit du 13 au 14 Juin, l'ensemble des troupes du 20° CA et du SF de FAULQUEMONT hors groupement de défense des fortifications se replie. La division de marche GIRVAL est constituée et les troupes restant dans les casemates, ouvrages et blockhaus pour couvrir le retrait passent sous commandement du Cdt DENOIX du SFFA (Détachement Denoix) avec pour mission de tenir jusqu'au 17 Juin. La bataille de la Sarre (offensive de la 1° Armee allemande) débute le 14 au matin et implique directement les 69° et 82° RIF. Le 14 Juin au soir les 146° et 156° se sont repliés sur la Nied Allemande de Fouligny à Faulquemont-Lelling, rejoints dans la soirée par les 69° et 82° RIF très éprouvés par les combats du jour.
Au même moment ailleurs : les allemands entrent dans Paris et de lourds combats se déroulent en Champagne en direction de St Dizier.

15 Juin 1940 : pendant que la DM Girval continue son repli, le Détachement Denoix tient la ligne. Dans la soirée, ordre est donné de quitter et saboter blockhaus et casemates pour replier les éléments sur les ouvrages.
Au même moment ailleurs : après une résistance héroïque, le SF de la SARRE est percé et les troupes de retardement se replient poussées par la 1° Armee allemande (von Witzleben). La percée en Champagne est effective aussi, et les divisions blindées allemandes déferlent vers le sud et le Jura. Sans le savoir, le sort de la DM Girval et du détachement Denoix sont scellés.

16 Juin 1940 : les régiments de la Division de Marche de Girval se sont repliés de 35 km et se positionnent sur la Seille au sud de Château-Salins. Les allemands s'infiltrent en arrière entre la LPR et la DM Girval en direction de Metz et des Vosges.

17 Juin 1940 : la Division de Marche de Girval est sur le canal de la Marne au Rhin entre Einville et Henamenil au nord de Lunéville, protégée par une arrière-garde qui se replie lentement de la position de la Seille. Au même moment, les troupes allemandes ont fini par encercler complètement ce qui reste du SF de FAULQUEMONT.
Ailleurs : les blindés de Guderian et Kleist atteignent Besançon et le Jura. L'encerclement est effectif.

18 Juin 1940 : la Division de Girval continue son repli après avoir détruit les ponts sur le canal. A sa gauche, la 26° DI est percée par l'ennemi et des infiltrations ont lieu en forêt de Paroy (52° DI) à droite. Les ouvrages du SF de FAULQUEMONT reçoivent une demande de reddition qui est naturellement rejetée.

19 Juin 1940 : Chute à 18h de l'ouvrage du BAMBESCH, attaqué et canonné lourdement depuis près de 24h. La division de marche est elle au sud-est de Lunéville, entre Hérimenil et Chenevières.

20 Juin 1940 : Chute de l'ouvrage du KERFENT à 12h, après avoir subi le même sort que le BAMBESCH. La division de marche poursuit son repli vers les Vosges. Elle manque d'être encerclée, isolée et attaquée sur tous les fronts dans le triangle Fraimbois, Flin, Gerbéviller.
Ailleurs au même moment : les allemands on atteint une ligne Angers-Tours-Châteauroux-Clermont Ferrand-Lyon.

21 Juin 1940 : attaque vers l'ouvrage d'EINSELING, repoussée par la tourelle mitrailleuses et les mortiers de 81mm du LAUDREFANG. Des éléments dispersés de la DM de Girval sont au nord-ouest de St Dié.

22 Juin 1940 : Reddition de la Division de Marche de Girval sur ordre de la 3° Armée. Les ouvrages de LAUDREFANG et TETING sont lourdement bombardés et une nouvelle attaque est menée contre EINSELING.

23-25 Juin 1940 : poursuite des bombardements sur les ouvrages restant du SF de FAULQUEMONT. Le cessez le feu du 25 Juin à 0h35 trouve donc les trois ouvrages sud du SF invaincus.

30 Juin-2 Juillet 1940 : suite aux accords de Wiesbaden, les couleurs sont amenées sur les ouvrages, qui sont remis aux allemands le 2 Juillet. Les défenseurs partent en captivité, marquant la fin du SF de FAULQUEMONT.



Sources: "Hommes et Ouvrages de la ligne Maginot" - Tomes 1 à 3, "Les grandes unités françaises : historiques succints" - Tome 3 : Divisions et Forteresse - site atf40.fr



© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 11/09/2018