Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Secteur Fortifié de Rohrbach

(SFR)






Généralités


Le secteur fortifié de ROHRBACH est localisé entre les secteurs défensifs/fortifiés de la SARRE à gauche et des VOSGES à droite. Il couvre le versant ouest des Vosges et l'important camp de Bitche, tout en constituant l'extrémité gauche de la Région Fortifiée de la LAUTER . Il a comporté deux à quatre sous-secteurs selon la période et l'organisation du front.

Le secteur fortifié de ROHRBACH est bien équipé en organisations de la C.O.R.F. Il bénéficie d'installations puissantes, issues des plans de construction initiaux puis du prolongement de type "Nouveaux Fronts" construits après 1935 vers l'Ouest.

Comme ailleurs, ces fortifications ont été renforcées pendant la "drôle de guerre" par la construction d'un grand nombre de blockhaus M.O.M. entre les casemates et ouvrages, ainsi qu'au niveau d'avant-postes et de bouchons défensifs en avant de la LPR. Des point d'appui tenus par la G.R.M. sont installés proche de la frontière pour servir de sonnette d'alarme à l'ensemble de l'installation.

Dans la partie Ouest, moins montagneuse, la LPR est ainsi renforcée de plusieurs lignes d'arrêt/soutien successives en arrière, donnant une profondeur certaine au dispositif. Ce dispositif en profondeur est nettement moins fourni côté Est du SF, entre le ruisseau du Holbach et la camp de Bitche, là où la CORF avait construit un ensemble puissant de fortifications. Ceci tient au relief nettement plus montagneux qui rend la défense plus aisée.

La ligne principale de résistance est positionnée d'Ouest en Est le long de la Sarre, puis sur les collines devant Rohrbach et Petit-Réderching, avant de suivre une ligne de crête des Vosges devant le Légeret, la ville de Bitche puis au travers du camp militaire de Bitche.




Organisation


L'organisation du SF de ROHRBACH a évolué au cours du temps. Il passe d'une structure à quatre sous-secteurs à la mobilisation (SARRALBE, KALHAUSEN, BINING, LEGERET) à seulement deux sous-secteurs fin septembre 1939 (BINING, LEGERET) pour finalement revenir à trois sous-secteurs (BINING, LEGERET et BITCHE) le 15 Mars 1940.


Commandement


Le PC du Secteur a été installé à Dehlingen, Oerlingen puis Montbronn .

Le commandement du secteur était assuré par le Gal de Brigade Henri BOUTIGNON , puis à partir 12 Octobre 1939 par le Col puis Gal de Brigade René MORTEMART de BOISSE, remplacé à son tour le 7 Mai 1940 par le Gal de Brigade Jean-Laurent CHASTANET . Suite au départ de la Division de Marche CHASTANET, le commandement du Secteur Fortifié, limité à ses ouvrages et casemates, est repris par le Lt-Col BONLARRON (commandant du SIMSERHOF).


Chef d'état major : Lt-Col THOUVENIN
Commandant l'infanterie : Col ROUSSET
Commandant l'artillerie divisionnaire : Col REIXE (2 Avril 1940-25 Mai 1940) puis Col FUCHS
Commandant le Génie : CB PAGET jusqu'au 27 Janvier 1940, puis le Cpt FERIEL jusqu'au 8 Avril 1940 et enfin le CB MAHE.



Infanterie


Sous secteur SARRALBE. Celui-ci passe au SDP de SARRE-UNION le 20 Septembre 1939.
Lt-Col REVIER de MAUNY, PC à Keskastel
3 bataillons


133° RIF

Sous secteur KALHAUSEN. Celui-ci passe aussi au SDP de SARRE-UNION le 20 Septembre 1939.
Col BERTRAND ou CB AVENEL selon les sources, PC à Kalhausen
3 bataillons


Sous secteur de BINING.
Lt-Col SUBERVIE, PC à la ferme de Mohrenhof.
3 bataillons


Sous secteur du LEGERET.
Lt-Col MAURIN puis DELIVRE puis BECKER (ou MAUVIN selon les sources), PC à la ferme de Heiligenbronn.
3 bataillons


Sous secteur du BITCHE. Ce sous-secteur est transféré du SF des VOSGES vers le SF de ROHRBACH le 15 Mars 1940.
Lt-Col COMBET, PC Au Schimberg.
3 bataillons


VII/400° RP (Régiment de Pionniers)



Artillerie


CE puis Lt-Col SOUBEN P
Régiment à deux groupes de canons de 75 et un groupe de 155, issu du III/59° RARF.


Col JANNOT, PC Ferme Heiligenbronn puis Lambach
Régiment, issu du III/166° RAP de temps de paix, composé de 12 batteries (120, 145 et 155mm) en 2 groupes



Génie


207° Bataillon de Génie de Forteresse

Transmissions : Cies 207/81, 207/82, respectivement compagnies télégraphiste et radio.



Divers


Train : 237/20 compagnie auto
Intendance : 157/23 - groupe d'exploitation divisionnaire
Santé : 157° Groupe Sanitaire Divisionnaire.



Unités de Renforcement


Le secteur de ROHRBACH a connu plusieurs mouvements de ses troupes de renforcement. Dépendant initialement du 20° CA (Corps d'Armée) de la 4° Armée à la mobilisation, la réorganisation du front du 17-20 Septembre le rattache au 5° CA de cette même armée, puis quelques jours plus tard au 8° CA de la 5° Armée et enfin au 7° CA à partir du 10 Octobre.

La grande réorganisation du 15 Mars 1940 ramène le rattachement du SF de ROHRBACH au 8° CA. Cela ne changera plus jusqu'à l'attaque allemande du 10 Mai.

A cette date, on trouve donc :

8° Corps d'Armée (5° Armée), commandé par le Gal de CA Aubert FRERE


- 24° DI (Réserve - Série A): Gal Paul VOIRIN, en renforcement du sous-secteur de BINING.

- 31° DI Alpine (Active) : Gal Marcel ILHER, en renforcement des sous-secteurs de LEGERET et BITCHE.

Notons que la 4° DIC (Gal Maurice de BAZELAIRE de RUPPIERRE), réserve organique du GA2, est en soutien en arrière du secteur fortifié.




Historique


La Loi cadre de janvier 1930 (dite loi Maginot) prévoit le financement de deux grandes régions fortifiées, celle de Metz et celle de la Lauter. Si celle de Metz utilise une majorité des crédits alloués (2900 millions de francs de l'époque), celle de la Lauter bénéficie malgré tout d'une enveloppe de 836 millions. Cependant sans attendre ces crédits des travaux ont déjà démarré dés 1929 sur 4 grands ouvrages "prototypes", dont celui du SIMSERHOF dans le SF de ROHRBACH.

L'activité s'accélère dés mi-1930 avec l'ouverture de nombreux chantiers sur ce qui constitue la première tranche du 1er cycle (1930-1931). Pour ce qui est de la Lauter, il est prévu deux tronçons puissants: SIMSERHOF-BIESENBERG et LEMBACH-SCHOENENBOURG. La partie droite du SF de ROHRBACH, de Petit-Réderching jusqu'à la limite du SF des VOSGES, bénéficie donc d'un niveau d'équipement maximal, pourtant déjà partiellement restreint par les première économies dues à la notoire sous-évaluation initiale des coûts. L'ouvrage d'infanterie du SEELBERG et les blocs de fossé du SIMSERHOF sont donc reportés en 2° cycle ou annulés.

La deuxième tranche du 1° cycle (1932-34) prévoit une extension des travaux initiaux: prolongation aux deux ailes de la RF de Metz et renforcement de la RF de la Lauter. Pour cette dernière, il est prévu une ligne de petits ouvrages et de casemates entre le BIESENBERG et LEMBACH ainsi que le prolongement entre SCHOENENBOURG et le Rhin. Cependant, les dépenses imprévues, les travaux non budgétés d'avant la loi Maginot, l'inflation et surtout les effets débutants de la crise économique de 1929 amènent à restreindre fortement les ambitions de cette 2° tranche. Ces restrictions ne touchent cependant pas fortement le SF de ROHRBACH dont la partie puissante est déjà en cours de réalisation. Il n'en sera pas de même pour le SF de VOSGES.

La loi-programme de 1934 (dite loi "Nouveaux Fronts") va s'efforcer de combler les vides laissés par les ajournements initiaux et va permettre quelques prolongements supplémentaires des fonts C.O.R.F. Le SF de ROHRBACH bénéficie de cela, avec le lancement de la construction d'un tronçon entre Petit-Réderching et la Sarre, en prolongement à gauche du tronçon SIMSERHOF-BIESENBERG. Là encore les ambitions initiales (2 ouvrages d'artillerie à ROHRBACH et HAUT-POIRIER) sont revues à la baisse, aboutissant à la réalisation de 3 ouvrages d'infanterie et de 10 casemates. C'est en outre à partir de 1935 que commence la réalisation des infrastructures arrières (casernements, routes, champs de tir, etc) ainsi que d'un réseau antichar et antipersonnel continu en avant de la LPR.

A la disparition de la CORF en décembre 1935, l'ère du "petit béton" débute. Là où la standardisation était la règle avec les constructions précédentes, les initiatives locales de la Main d'Oeuvre Militaire (MOM) prennent le relai, visant à la création d'un front continu. La priorité est donnée aux "vides" de la ligne Maginot : trouée de Marville, Sarre et débouchés du Rhin. Les inondations défensives à gauche du SF de ROHRBACH s'équipent donc de fortifications permanentes légères. La priorité est donnée à la RF de Metz, la frontière Belge et la haute Alsace, donc peu de travaux de renforcement MOM du SF de ROHRBACH seront réalisés. Quelques dizaines de blockhaus légers pour mitrailleuse et/ou canon antichar, blocs pour tourelles démontables et observatoires sont construits durant cette période précédent la guerre, ainsi que 8 postes G.R.M. à la frontière avec dispositif de destruction de route.

Le 21 Aout 1939 le secteur fortifié de ROHRBACH est créé, rattaché directement à la 20° Région Militaire, et son PC s'installe à Sarrebourg. A sa création, il couvre un vaste territoire, de Sarralbe inclus à Bitche exclus. le 25/08, le SF passe sous contrôle de la 4° Armée (20° Corps) et son PC de déplace à Dehlingen. Le terrain en avant à l'Ouest de la Sarre est couvert par le D.A.R.E. (Détachement d'Action Retardatrice Est), issu du 15° GRCA, et celui à l'Est de la Sarre est tenu par la G.R.M.

En préparation de l'offensive de la Sarre, début septembre 1939, le 20° CA se translate vers l'Ouest. Les sous-secteurs de SARRALBE et KALHAUSEN restent sous son contrôle alors que ceux de BINING et LEGERET passent sous supervision de la 9° et 23° DIM (5° CA). Le PC du SF est maintenant à Oermingen. Actant à la fin de cette offensive avortée le déplacement du 20° CA, les deux sous-secteurs sous son contrôle sont logiquement transférés au Secteur Defensif de la Sarre après un court séjour dans un éphémère "Secteur Défensif Provisoire de Sarre-Union" (SDPSU) - voir la fiche du Secteur de la Sarre . A cette date du 20 Septembre 1939, le SF de ROHRBACH ne possède plus que deux sous-secteurs : BINING et LEGERET. Quelques jours plus tard, le 25, cette réorganisation résulte dans un repositionnement complet de la 4° Armée plus à l'ouest, et c'est donc la 5° Armée (8° CA) qui étend son périmètre au SF de ROHRBACH, avec sa 25° DI sur le sous-secteur de BINING et la 35° DI sur LEGERET. Le PC du SF se fixe définitivement à Montbronn dans les Vosges.

Les choses restent relativement en l'état jusqu'à mi-Mars 1940, avec cependant l'habituelle valse des unités de renforcement au gré des relèves : BINING = 30° DI > 6° DIC > 4° DIC et LEGERET = 35° DI > 43° DI > 27° DI > 31° DIA. La Main-d'œuvre Militaire abondante est utilisée pour couler des milliers de mètres cubes de béton, construire des blockhaus et aménager les réseaux et protections. La plus grande densité de ces construction se trouve dans le secteur Wittring - Gros-Réderching, où la Sarre et les Vosges ne peuvent pas être utilisés comme obstacle naturel.

Le 13 Mars 1940, Le SF des VOSGES est dissout et les troupes de forteresse deviennent l'infanterie du 43° CAF (Corps' d'Armée de Forteresse). Une des conséquences est le transfert du sous-secteur de BITCHE (37° RIF) au SF de ROHRBACH à compter du 15 Mars, qui devient donc son nouveau sous-secteur droit. Le 1er Avril, la 24° DI relève la 4° DIC sur BINING, qui prend place à gauche de la 31° DI Alpine.

Le 7 Mai 1940, le Général de Brigade Jean-Laurent CHASTANET , en provenance de la 62° DI, prend le commandement du SF.


Les combats de Mai-Juin 1940


- 10 Mai - 18 Mai 1940 : la ligne défensive est bombardée régulièrement et quelques escarmouches se déroulent au niveau des bouchons d'avant-poste, mais rien de très sérieux. Seul événement notable, devant la dégradation rapide de la situation dans les Ardennes, la 4° DIC qui était en soutien en arrière du SF est transférée le 16 Mai en urgence vers la Somme.

- 18 Mai - 23 Mai 1940 : les avant-postes et avancées sont repliées vers la LPR. Le 23, les 24° (suivie de la 31° DIA plus tard) est retirée pour être mise en réserve du GA 2, ne laissant sur place que les troupes et l'artillerie de forteresse, ainsi que quelques groupes francs.

- 28 Mai 1940 : les deux DI de renforcement du 8° CA sont parties, ainsi que l'essentiel de la 4° Armée à gauche du SF. Celle-ci ne laisse que le 20° CA en place en Sarre.

- 2 Juin 1940 : le 8° CA part à son tour, entrainant le rattachement du SF de ROHRBACH au 43° CAF (SF des VOSGES). Le PC du SF se déplace de Montbronn à Meisenthal.

- 12 Juin 1940 au soir : ordre est donné aux 3° et 5° Armées et troupes de forteresse de se préparer à se replier vers le sud sous couverture des ouvrages et casemates de la ligne Maginot.

Au même moment ailleurs : les 2° et 4° Armées se battent en Champagne pour éviter la percée de troupes blindées allemandes. L'ennemi approche de Paris, a percé la Seine entre Vernon et Louviers et la poche de Dunkerque a disparu depuis une semaine déjà.

- 13 Juin 1940 : création de la Division de Marche CHASTANET, qui commandera les troupes de forteresse en repli. Les moyens laissés sur place dans les ouvrages et casemates sont mis sous commandement du Col FUCHS (commandant l'infanterie du SF).

- 14 Juin 1940 : Attaques ennemies repoussées vers Gros-Réderching et en avant du SIMSERHOF. la DM CHASTANET a commencé son repli dans la soirée précédente.

Au même moment ailleurs : les allemands sont à Paris, la Seine est franchie et Evreux est tombé, le front de Champagne est percé et les blindés de Guderian et Kleist foncent vers la Suisse.

- 15 Juin 1940 : Le Lt-Col BONLARRON prend les commandes des ouvrages et casemates du SF de ROHRBACH alors que l'artillerie de couverture (59° RAMF et 150° RAP) entament le repli vers le Sud. Les avancées immédiates de la LPR, au contact de l'ennemi maintenant, sont repliées vers la LPR. Sur la gauche du SF, les nazis ont franchi le SF de la SARRE et des troupes se rabattent vers l'Est pour encercler le SF de ROHRBACH, entre les ouvrages et la DM CHASTANET.

- 16 Juin 1940 : la DM CHASTANET s'établit en position défensive sur le canal de la Marne au Rhin avec le Groupement DAGNAN à gauche et la DM SANSELME à droite. Les troupes ennemies sont maintenant infiltrées dans le no-man's-land entre la LPR et le canal.

- 18 Juin 1940 : les allemands débutent leur pilonnage d'artillerie sur l'ouvrage du HAUT-POIRIER, qui est hors de portée du soutien du SIMSERHOF. Dans la soirée, le canal de la Marne au Rhin est percé, et la DM CHASTANET doit reprendre son repli.

Au même moment ailleurs: l'offensive allemande sur le Rhin (opération kleiner Bär)est un succès et la ligne des villages en Alsace est approchée. Les blindés de Guderian et Kleist ont atteint la frontière Suisse dans le Jura, fermant la nasse dans laquelle les troupes des 2°, 3°, 5° et 8° Armées (GA 2) et de la ligne Maginot sont encerclées.

- 19 Juin 1940 : à droite du SF, la ligne de blockhaus des Vosges est franchie par la 215 ID, qui fait sa jonction le lendemain avec les troupes venant de l'Ouest et de la plaine d'Alsace. Les éléments de la DM CHASTANET se regroupent entre le Donon et Raon l'Etape dans les Vosges, avec la DM SANSELME et la 103° DIF repoussée d'Alsace.

- 21 Juin 1940 : l'ouvrage du HAUT-POIRIER se rend, l'ouvrage de WELSCHHOF est pilonné à son tour. Les troupes de la DM CHASTANET sont encerclées, manquent de vivres et de munitions, mais résistent malgré tout. Ordre est donné de commencer la destruction des documents, etc. L'allemand à dépassé la Loire, pris Clermont-Ferrand et Lyon.

- 24 Juin 1940 : L'ouvrage du WELSCHHOF se rend. Sur ordre du 43° CAF, la DM CHASTANET dépose les armes entre le Donon et le col de la Charaille.

- 25 Juin 0h35 au 1 Juillet 1940 : le cessez-le-feu est effectif. Les négociations entre GQG allemand et français aboutissent à la livraison des ouvrages survivants aux allemands et le départ des défenseurs en captivité. Les troupes survivantes de la DM CHASTANET prennent aussi la route de la captivité.


Sources : GUF - Tome 3 : les divisions et la forteresse; Hommes et Ouvrages de la ligne Maginot, tomes 1, 2 et 3; sites ATF40, Clausuchronia, ...



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 06/07/2017