Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




Canon de 95 mm Mle 1888 Lahitolle sur affut de côte

(95 Mle 1888)






Genèse

Dans le cadre de l'effort de modernisation de l'artillerie après 1870, le Lt-Col Henry PERIER de LAHITOLLE développe une pièce de 95 mm en 1875 qui connait un succès certain du fait de ses innovations (culasse à vis en particulier), mais est rapidement supplantée par le 90mm de Bange, plus léger et maniable. Le 95 de campagne monté sur un affut rigide nécessite par ailleurs un repointage à chaque coup du fait du déplacement de recul. Les munitions du 95 mm étant malgré tout plus efficaces, ce type d'armement fut commandé comme artillerie de réserve pour les corps d'armée. Il existait en deux versions, la pièce de campagne sur affut rigide et la pièce de siège sur affut "SP" (siège et place) réhaussé.

Une version marginalement améliorée du canon de campagne est développée en 1888. Cette version est reprise et encore améliorée (1) par le col DEPORT pour en faire à partir de 1893 une pièce de défense de côte (batteries de semonce ou annexes de réglage du tir des batteries lourdes) sur affut spécial "G" de côte à embase/châssis circulaire. Cet affut à la particularité d'intégrer un frein de recul qui n'existe pas sur les pièces de campagne ou de siège.

Canon de 95mm Mle 1888 sur affut G de Côte

95 mm Mle 1888 sur affut G de côte


Ce concept est mis en œuvre pour le tir tendu à courte portée sur des navires légers dans de nombreuses batteries de côte.

Canon de 95mm Mle 1888 sur affut G de Côte

95 mm Mle 1888 de côte en situation (Crédit Marc Ammann)

Canon de 95mm Mle 1888 sur affut G de Côte

95 mm Mle 1888 de côte en situation (Crédit Marc Ammann)


De son côté, l'armée de terre reprend le même équipement en 1899 lors du développement d'une casemate de flanquement de ligne de défense (Note du 17 Aout 1899), qui préfigure la casemate de Bourges. Ce principe de casemate de flanquement est installé pour la première fois à Haudainville (Verdun) avec des 95 mm mais ce type d'armement sera rapidement remplacé par les 75 mm Mle 1897 sur affut spécial (note de 1902). Plusieurs casemates de ce type seront néanmoins construites dans les Alpes.

Canon de 95mm Mle 1888 sur affut G de Côte

95 mm de côte en casemate de flanquement


Utilisation dans le cadre de la ligne Maginot

Le 95 mm sur affut de côte G Mle 1904 a fait l'objet d'une utilisation dans la ligne Maginot. Cette utilisation doit cependant être vue comme "opportuniste" puisque cela s'est fait par l'intégration ou la réactivation d'installations sous casemates de l'époque Séré de Rivières. On peut recenser ainsi 12 pièces dans les années 30, ramenées à 8 avant 1940, intégralement dans le Sud-Est :

- 2 pièces en casemate de Bourges à la batterie de VULMIX
- 4 pièces dans la casemate frontale du fort du REPLATON (2)
- 4 pièces dans le bloc 8 de l'ouvrage du JANUS . Ce bloc 8 est l'ancienne casemate sous roc de la partie souterraine du fort du Janus de la fin du 19° Siècle (3)

MONTGENEVRE COL - CANON DE 95 DE CôTE POUR BLOC 8 DU JANUS - (Divers)

La pièce exposée à Montgenèvre (crédit Prasil)


- 2 pièces dans la casemate de Bourges de la batterie XII de Tournoux. (4)

TOURNOUX - BATTERIE XII - (Position d'artillerie préparée)

Une des chambres de tir de la casemate de la Batterie XII (Crédit Froehly)


Caractéristiques de la pièce et de l'affut

  • Calibre : 95 mm

  • Longueur du tube : 2500 mm

  • Poids : 2886 kg. (pièce : 808 kg, affut : 723 kg, bouclier : 390 kg (version moulée), sellette et roulement : 965 kg)


  • inclinaison du chassis : 12°

  • Champ de tir vertical : - 10° à + 32°

  • Champ de tir horizontal : variable selon la casemate, mais typiquement 45°

  • Recul maximum : 190 mm


  • Portée : 8200 m (maximum), 3000 m (portée pratique en tir tendu à obus explosif)

  • Cadence de tir : de 5 à 6 cps/mn


La sellette est ancrée dans le sol par le biais de 16 tirants boulonnés scellés dans le béton.

Les pièces de forteresse, en tout cas au JANUS, étaient équipées d'un bouclier spécial plan en tôle laminée plus léger que le bouclier de pièce de côté, moulé, plus large, plus épais et moins utile en termes de protection pour un usage en casemate.

Canon de 95mm Mle 1888 - Bouclier 'forteresse'

Bouclier "forteresse" exposé au musée de Draguignan. Un bouclier identique a été rapporté sur la pièce visible à Montgenèvre (Crédit E. Klamerek)

Canon de 95mm Mle 1888 sur affut G de Côte

Bouclier "côte" de la batterie de Houat (Crédit François C.)

Munitions employées

Le 95 mm Mle 1888 utilisait les munitions suivantes en fortification :

  • Obus à Mitraille Mle 1886 - poids total de 12,3 kg chargé de 160 balles de 23g et de galettes de fragmentation

  • Obus explosif en fonte ordinaire Mle 1875-1914 - poids total de 11 kg dont 0,57 kg d'explosif

  • Obus explosif allongé en acier Mle 1914 - poids total de 12,25 kg dont 2,3 kg d'explosif

  • Obus explosif en fonte aciérée Mle 1915 - poids total de 11,65 kg dont 1,4 kg d'explosif

  • Obus explosif en acier Mle 1915 type B - poids total de 11,8 kg dont 1,55 kg d'explosif



La charge propulsive étant constituée d‘une gargousse de poudre BC ou BSP, la mise à feu est réalisée par une étoupille. L’étoupille est initialement du type à friction. Cependant avec l’adoption de la culasse Saint-Chamond Mle 1913, la mise à feu est réalisée par l’étoupille obturatrice Mle 1906 (percussion). La question reste ouverte de savoir si les pièces de forteresse avaient reçu cette amélioration.

Canon de 95mm Mle 1888 - Etoupilles et Boite

Boite pour étoupilles obturatrices Mle 1906

Canon de 95mm Mle 1888 - Etoupilles et Boite

Etoupilles obturatrices Mle 1906 (E. Klamerek)




Rédaction initiale : Jean-Michel Jolas & Eric Klamerek - © wikimaginot.eu - 01/2022

Notes :
(1) amélioration de la bouche de pièce par un renfort acier "en tulipe", mise en place d'un masque de protection derrière l'échancrure du bouclier, etc...
(2) les pièces de 95 mm de la batterie A sont néanmoins retirées en 1935 ou 1936, et les ancrages modifiés pour accueillir des 75 mm Mle 1897.
(3) une pièce de 95 mm est visible sur une place de la commune de Montgenèvre, sous le Janus. Celle-ci n'est pas originaire de l'ouvrage, mais provient de la batterie de semonce du Sémaphore de Porquerolles. Ce canon avait été localement récupéré par la Gendarmerie de l'ile, puis déplacé au centre de formation de Gendarmerie d'Auxerre... Quand ce centre a fermé au début des années 2000, le canon a été transféré à Montgenèvre et équipé d'un bouclier léger récupéré dans l'ouvrage du JANUS.
(4) il existait une dernière casemate de Bourges pour canons de 95 mm à la batterie des Caurres, mais celle-ci avait été déséquipée et des 75 mm Mle 1897 y étaient installé en 1940.

Sources :
- Manœuvre de l'artillerie - I - Titre Vaf3 et VIIaf3 - Matériel de 95mm Mle 1888 sur affut de côte sous casemate (1936) Gallica
- Communications de E. Klamerek
- Le 95 de Lahitolle - G. François, GBM n° 109, été 2014
- Sites internet Basart, fortiffsere.fr




Page n° 1000952 mise à jour le 03/02/2022 - © wikimaginot.eu 2022




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu