Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




SAINT ANTOINE

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFS - SF Savoie

Sous Secteur
Moyenne Maurienne

Quartier

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
1936

Commune
MODANE (73500)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
45.199443 - 6.679746

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940
Construit

Etat actuel
Incomplet





Notes et informations



ARMEMENT, Artillerie


L'une des pièces de 75 mile 31 du bloc 1 portait le numéro 23. Elle était équipée de la lunette n° 44


CONSTRUCTION, Cartouche ou information constructeur


Le marché de construction a été adjugé à la Société Musso, de Nice


CONSTRUCTION, Cout


Le cout de construction est d'environ 10,85 millions de francs de l'époque, dont 8,25 pour le Génie et 2,6 MF pour l'armement et les munitions.
Source(s) : SHD - carton 7N3847 (relevé à fin 1938)


CONSTRUCTION, Description


L'ouvrage maginot de Saint Antoine est un ouvrage d'artillerie composé de trois blocs.

Bloc 1 : Casemate d'artillerie flanquant vers le nord
- 2 tubes de 75 mle 31 sous casemate flanquant en direction d'Amodon
- 4 mortiers de 81 mm sous casemate flanquant en direction d'Amodon et du Bourget
- 2 cloches GFM type A (FM24/29 et mortier de 50mm), dont l’une sert aussi à la communication optique avec le SAINT GOBAIN.
- 2 créneaux pour FM (défense rapprochée du bloc)
- 1 créneau optique orienté vers le SAPEY
- 1 sortie de secours

B2 : Casemate d'infanterie et Observatoire d'artillerie
- 2 cloches pour jumelage de mitrailleuses Reibel MAC 31 couvrant la RN6 et les hauteurs de la rive gauche
- 1 cloche VDP (Vision Directe et Périscopique)

Entrée Mixte
- 1 créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel flanquant la route d'accès. Une arme mixte était prévue de remplacer le JM après 1935 mais ne fut jamais livrée.
- 2 créneaux pour FM (défense rapprochée de l'entrée)

Un bloc cheminée
Servant à l'évacuation des gaz de l'usine et de l'air vicié, ce bloc est sans aucun armement


CONSTRUCTION, Mission, ou Fonction de l'objet


Croisement des feux avec le Saint Gobain , interdiction de la route du Mont Cenis


DENOMINATION, Indicatifs et n° d'abonné


L'observatoire d'artillerie portait la dénomination O2 et travaillait pour le compte de l'ouvrage


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage théorique de l'ouvrage maginot de Saint Antoine était composé de 5 officiers et 141 hommes principalement issus des 71° BAF et 164° RAP

Cdt d'ouvrage : Cne puis CE Ravier -Bollard
Major d'ouvrage : Lt Vinit

Cdt l'infanterie : Slt Blondel puis Lt Rosset (mars 1940)
Cdt l'artillerie : Lt Guédot
Cdt le SRA : Lt Berlioz
Cdt le PC Tir : Lt Rossi

Bloc 1 : Slt Bousillet puis Lt Boulant (mars 1940)
Bloc 2 : Slt Boulant puyis Slt Audit (mars 1940)


EQUIPEMENT, Divers


Le chauffage de l'ouvrage était assuré par un aérotherme alimentée par l'eau chaude produite par les moteurs diesels de l'usine et par une batterie insérée dans le circuit de ventilation alimentée en eau chaude par la chaudière charbon installée dans la cuisine de l'ouvrage.
L'installation est complétée par les classiques radiateurs électriques à ailettes de 500W ou 1KW


EQUIPEMENT, Electrique


L'ouvrage était alimenté depuis le réseau civil par une ligne aérienne moyenne tension (10 200 V) aboutissant à un transformateur situé à proximité de l'entrée.

L'usine électrique était dotée de 3 groupes électrogènes à moteurs Alsthom de 54 cv dotés chacun d'un alternateur de 45 KW et d'un groupe auxiliaire à moteur CLM 1PJ65 (3,5 KW) destiné à assurer l'éclairage de l'usine et la production d'air comprimé pour le démarrage des groupes électrogènes.


EQUIPEMENT, Mobilier et second œuvre


La cuisine était dotée d'une cuisinière électrique trois feux.


EQUIPEMENT, Transmissions


Le central principal de l'ouvrage était un central à 48 directions composé de deux panneaux muraux pour 32 et 16 abonnés.
Ce central était servi par une table d'opérateur à 14 circuits.

L'ouvrage était équipé d'un poste émetteur récepteur ER 50 situé dans l'entrée mixte


- 1 créneau optique permettant la communication avec l'ouvrage du Sapey (bloc 1)
- 1 communication optique par créneau de cloche GFM du B1 permettant la communication avec l'ouvrage du Saint Gobain.


HISTORIQUE, Chronologie


L'ouvrage sera réarmé après guerre et entretenu jusque dans les années 70.
2004, le Saint Antoine est cédé par l'Armée à la commune de Modane.


HISTORIQUE, Construction


La construction de l'ouvrage a débuté en 1931 par la construction de la route d'accès, le détournement du chemin vicinal qui passait sur le plateau de l'ouvrage et le nivellement du terrain jusqu'au droit des réseaux. L'installation électrique de l'ouvrage est validée par décision ministérielle le 26 Aout 1931 (DM 3008 2/4 S). Le marché du gros-œuvre est lancé le 10 Avril 1931, commun aux deux ouvrages bas de Modane et est attribué à l'entreprise Decanale & Musso de Nice.

1932 :

Courant 1932, le chantier débute par les galeries profondes, premières approuvées, ainsi que par le début des terrassements.

Le bloc d'infanterie (Bloc MO dans la nomenclature de l'époque - pour mitrailleuses-observatoire - soit le Bloc 2 après 1935) est dessiné le 17 Octobre 1932, puis approuvé à son tour le 3 Décembre 1932 (DM 5243 2/4 S) après quelques échanges avec la STG et l'ITTF, en particulier sur son absence de défense propre. Dépendant uniquement des cloches du bloc d'artillerie voisin, une cloche LG additionnelle est discutée pour parfaire la protection du B2 mais ne sera finalement pas installée.

Comme pour l'ouvrage de SAINT GOBAIN, les travaux au SAINT ANTOINE peuvent être réalisé durant quasiment toute l'année. Fin 1932, le percement de la galerie principale à largeur définitive est fait, et celui de la galerie du casernement est en cours. Les puits des bloc C et MO sont en cours de réalisation et les fouilles externes du bloc MO sont achevées.

1933 :

Au moment de la reprise des travaux en Mars 1933, la route d'accès est considérée achevée, et 55% des terrassements intérieurs et extérieurs sont finalisés. A ce stade cependant, aucun travail de maçonnerie intérieure ou de bétonnage n'a été fait. L'été 1933 permettra d'avancer sur ces points.

Le bloc d'artillerie (Bloc C dans la nomenclature de l'époque - pour "Canon" - soit le bloc 1 après 1935) est proposé à son tour pour approbation par le Génie de Grenoble. Un premier projet proposé le 29 Avril 1933 reçoit un grand nombre de commentaires et de demandes de modification, obligeant la Direction de Grenoble à revoir sa copie. Elle propose un projet rectifié le 29 Mai 1933 (Projet 1004/S). Ce projet est approuvé enfin, sans cloche LG, le 7 Juillet 1933 (DM 4205 2/4 S).

Enfin, le bloc d'entrée est défini le 1 Juin 1933 (Projet 1019/S) et mis en processus d'approbation le 12 Juin. Des demandes de modifications sur la géométrie de l'antenne, l'entrée de cable d'antenne et du local TSF sont prises en compte, et la mise en place d'un éventuel canon AC de 37mm est reporté en 2e cycle. Ce canon ne sera jamais installé, mais son remplacement par une arme mixte sera discutée à son tour en 1936. Ces échanges amènent à une validation finale du bloc d'entrée le 28 Juillet 1933 (DM 4519 2/4 S).

Le bloc d'infanterie (bloc MO) est le premier à être coulé, entre fin juin et fin juillet, alors que les fouilles en surface du bloc C débutent. Fin Juin, les galeries sont intégralement percées ainsi que 90% des locaux du casernement, mais non encore revêtues. Le revêtement des parois des locaux débute en Juillet.

Fin 1933, les terrassements sont achevés, ainsi que l'ensemble du roctage et de la maçonnerie des galeries. Le Bloc MO est revêtu et relié aux communications souterraines.

1934 :

En Mars 1934 le taux de réalisation de l'ouvrage est de 40% : les galeries souterraines et puits des blocs sont creusés et revêtus sauf une partie du casernement mais les équipements débutent juste. Le marché Musso de gros-œuvre étant arrivé à échéance, une nouvelle adjudication est lancée pour l'achèvement du gros-œuvre, remporté par la société Bringer & Tondut. A l'été, le chantier bat son plein avec près de 120 personnes sur site. La 4e et dernière coulée du bloc C est effectuée du 21 au 23 Aout 1934, suivie du démontage du pont de service, la confection des enduits extérieurs, du cloisonnement intérieur et la fin du coffrage et ferraillage de l'entrée. L'entrée sera coulée entre fin septembre et début Octobre, ainsi que le bloc cheminée, en même temps que la réalisation de l'escalier entre le bloc C et les locaux souterrains.

Côté équipement, le bloc d'infanterie (bloc MO) a reçu deux de ses cloches sur 3. Entre Février et Avril, les marchés pour la centrale (Sté ALSTHOM), les réseaux électriques, de chauffage, de ventilation et d'eau sont préparés et approuvés, pour réalisation sur 1935. L'automne verra la pose des cuirassements de 75mm fin septembre et des monte-charges des deux blocs actifs.

Au 1er Octobre 1934, l'ouvrage est annoncé finalisé à 67%, et une cible de mise à disposition pour Aout 1935 est annoncée.

1935 :

En réalité, une bonne année de retard va être prise du fait d'un quasi moratoire de construction en 1935 lié à la détente politique temporaire avec l'Italie, moratoire prenant effet à la fin de la campagne 1935. Cette même année 1935 voit l'ajournement de l'installation du monte-charge dans le bloc 2 par mesure d'économie (décision générale 1493-3/EMA du 13 Mai).

En Juin 1935, dans le cadre plus général de la question de l'équipement des ouvrages des Alpes en armes mixtes, la décision d'équiper l'ouvrage d'une de ces armes à la place du JM de l'entrée est prise (Note 736/ORF de la CORF). Le défaut de livraison de ces armes dans les Alpes fera que la cloche JM ne sera finalement pas convertie bien que les travaux aient débuté.

Conçu et préparé durant l'hiver 1934-1935, le projet de ventilation et chauffage de l'ouvrage est approuvé le 4 Février 1935 et le marché est passé le 30 Aout 1935 à la SAGA (Société Anonyme Grouvelle-Arquembourg - Paris), moins disante sur l'appel de marché.

Les travaux se poursuivront à vitesse ralentie jusqu'en fin 1936, et à petite vitesse compte tenu des crédits réduits.

L'ouvrage est décrété "utilisable" en Octobre 1937, moyennant quelques petits aménagements supplémentaires. L'alimentation en eau et les transmissions sont achevés en 1937.

Un état des lieux effectué par la Chefferie de Chambéry en Novembre 1938 donne l'ouvrage réalisé à 99% :
- Gros oeuvre, usine et cuirassements, aménagement intérieur et transmissions finalisé à 100%.
- Armement installé à 95%. Manquent l'arme mixte prévues sur l'entrée.
L'ouvrage est considéré opérationnel.

Jean-Michel Jolas - © wikimaginot.eu - 2018-19
Source(s) : Source : dossier d'approbations de l'ouvrage de St ANTOINE - SHD carton 2 V 243 et 245 (approbation) et 7 N 3847 (avancement travaux)
Carton 4V863 à 865 - Chefferie de Chambéry




© 2019 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 31/07/2019



Fils de discussion



Ouvrage de Saint Antoine - Question sur l'armement de l'entrée
5 messages, le dernier est de jolasjm le 21/12/2016

TOURNAGE - Quel est ce bunker?
11 messages, le dernier est de Frédéric Lisch le 26/10/2016





Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes et être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos ou documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu