Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




35/3 - MARCKOLSHEIM Sud

( Casemate d'infanterie - double )


L'ouvrage est ouvert au public









Secteur Fortifié
SFCO - SF Colmar

Sous Secteur
Elsenheim

Quartier
Marckolsheim

Maître d'ouvrage
MIL - CORF

Constructeur
Entreprises civiles

Année
Commune
MARCKOLSHEIM (67390)

Lieu-dit / Parcelle

Coordonnées
48.157744 - 7.555886

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



ARMEMENT, Infanterie


L'armement de la casemate est composé comme suit:
- 2 créneaux pour jumelage de mitrailleuses REIBEL MAC 31 et canon antichar de 47 mm
- 2 créneaux pour jumelage de mitrailleuses REIBEL MAC 31
- 3 créneaux pour fusil mitrailleurs 24-29
- 1 cloche pour jumelage de mitrailleuses REIBEL MAC 31
- 1 cloche GFM type A (fusil mitrailleur et mortier de 50)
- 2 Goulottes lance grenades pour la défense des fossés


CONSTRUCTION, Description


La casemate de Marckolsheim est une casemate d'infanterie double de construction CORF. Elle ne comporte qu'un seul niveau.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


L'équipage de la casemate est composé de 30 hommes de la CEO n°2 du 42° RIF, placé sous le commandement du Lt MAROIS.

Personnel de l'équipage :
Sgt BEDOT, BARRET
Cal-chef Louis GARDET, MENGIN


EQUIPEMENT, Electrique


L'alimentation électrique de la casemate était assurée par deux groupes électrogène à moteur CLM 1PJ 65 délivrant 5 KVA. Ces groupes étaient utilisés en alternance.


EQUIPEMENT, Transmissions


La casemate est dotée d'un central téléphonique à 12 directions composé d'un carter étanche TM 32 pour deux centraux à 8 et 4 directions.
Il était doté d'une sonnerie extérieure.


ETAT ACTUEL , Etat - utilisation actuelle


Propriété de la Commune de Marckosheim ( 2004), la casemate est visitable


HISTORIQUE, Chronologie


- 15 Juin 1940 : la cloche JM de la casemate ouvre le feu dés 9h15 vers les ponts, la carrière Verny et les abords de 46a/1.

- 16 juin 1940 : Dès le début de la matinée du 16 juin 1940, l'aviation allemande s’en prend aux casemates de la ligne des villages sur lesquelles les attaques se succèdent. Leur méthode consiste à laisser tomber leurs bombes devant les créneaux de tir dans le but de les obstruer avec des projections de terre. Les explosions secouent les casemates et affectent le moral des défenseurs qui ne peuvent riposter à ces attaques incessantes. L’armement des créneaux est mis à mal par le souffle des explosions, ce qui rend la défense des casemates impossible. La cloche JM est ensevelie sous la terre de bombardement. Durant la journée, la casemate appuie sa voisine 34/3 autant que possible.

L’Inf.-Div.221 attaque en direction de Marckolsheim, sur le front tenu par le 1er bataillon du 42e RIF du commandant Coulomb. Les deux grosses casemates de Markolsheim (34/3 Nord de l’adjudant-chef Guilbot et 35/3 du lieutenant Marois) bien qu’affaiblies par le bombardement, interdisent toute progression à l’Inf.-Rgt. 360 mais les Allemands disposent maintenant d’un atout particulier puisqu’ils ont réussi à faire passer un canon Flak 88 sur la rive gauche.

La pièce prend à partie la cloche GFM de la casemate Sud (la JM est ensevelie), ce qui permet aux assaillants de s’approcher en utilisant les trous de bombes et de couronner la casemate, y dégager la cloche JM et en détruire l'arme. De là, ils lancent à l’intérieur par le créneau de la cloche, une charge explosive qui arrache les armes et enfume l’ouvrage :

La casemate a frémi sous la déflagration. Un nuage de fumée sort des ouvertures de la cloche. Aucune réaction cependant et le silence persiste à l’intérieur. L’Unteroffizier Heintke descend de la superstructure et prépare cette fois une charge allongée, soit 25 Kg d’explosif fixés au bout d’une perche. Heintke se dirige vers le piédroit Sud de la casemate, le contourne, puis plaqué au mur de soutènement, se glisse en silence vers la façade des créneaux de tir. Progressant en rampant sous le créneau de droite, il parvient sous l’embrasure centrale d’où partent de rageuses rafales de mitrailleuses. D’un geste souple, Heintke se relève et enfourne sa perche dans la profondeur du créneau en actionnant le détonateur. Aussitôt, une énorme explosion suivie d’un jet de feu ravage le créneau et fait trembler le béton. (rapport Pohl)

Le caporal-chef Gardet a été tué dans l’explosion du jumelage, l’équipage suffoque sous la fumée : à 18 heures, Marois se rend. Non, les casematiers n’ont pas démérité.

Seuls, sans appui d’artillerie, cette « croûte » sacrifiée fut la victime d’une succession d’erreurs du haut commandement. La lutte était par trop inégale et pourtant ils infligèrent à l’ennemi plus de 3500 pertes entre le 15 et 24 juin 1940.


Sources
- Bataille HS n° 10 Juin 1940 les Allemands franchissent le Rhin par Alain Hohnadel et Jean Yves Mary
- Hommes et Ouvrage de la ligne Maginot tome 1, 2 et 3 par Alain Hohnadel et Jean Mary
- www.2iemmeguerre.com


Horaires d'ouverture au public


2015 :
Du 1er mars au 14 juin :
- Dimanches et jours fériés, de 9h à 12h et de 14h à 18h

Du 15 juin au 15 septembre :
- Tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 18h

Du 16 septembre au 15 novembre:
- Dimanches et jours fériés, de 9h à 12h et de 14h à 18h

Tarifs :
- Adultes : 3€
- Enfants : 2€
- Entrée libre pour les - 7 ans


Coordonnées et adresse


Musée Mémorial de la Ligne Maginot du Rhin
Route du Rhin
67390 Marckolsheim

Tel : 03 88 92 56 98



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 24/07/2018



Fils de discussion



Visite Adolf Hitler
4 messages, le dernier est de lemagehinault le 12/10/2016