Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




TURRA

( Ouvrage d'artillerie )









Secteur Fortifié
SFS - SF Savoie

Sous Secteur
Haute Maurienne

Quartier
Mont-Cenis

Maître d'ouvrage
MIL - Commandement

Constructeur
MOM

Année
1893

Commune
LANSLEBOURG MONT CENIS (73480)

Lieu-dit / Parcelle
Turra

Coordonnées
45.265154 - 6.887589

Validité information
Verifié

Niveau de réalisation en 1940

Etat actuel





Notes et informations



ARMEMENT, Artillerie


L'artillerie du fort était initialement constituée de six pièces de 120 L à l'air libre et de quatre casemates sous roc pour pièces de 120 L.
En 1940 il était équipé de deux canons de 75 modéle 97


ARMEMENT, Infanterie


Coté armes d'infanterie, le fort était doté en 1940 comme suit :
- quatre mortiers de campagne 81 mm
- deux mitrailleuses Hotchkiss
- quatre fusils mitrailleurs.


CONSTRUCTION, Cout


Environ 2,5 Mio Fr
Ce cout inclus la construction de la route d'accés


CONSTRUCTION, Description


L'ancien fort Séré de Rivières a bénéficié d'aménagements entre les deux guerres et lors de la mobilisation. Ces travaux ont été réalisés par la MOM (essentiellement le 13° BCA). On peut ainsi trouver, outre l'observatoire cité par ailleurs,

- la modernisation de 2 des 4 casemates caverne pour canon de 75,
- la construction de 2 emplacements de tir en pierre sèche, couverts de lauzes, sur le chemin menant à l'observatoire du mamelon Sud.
- la couverture de postes de tir d'origine du rempart sud-ouest du fort,
- l'amorce de réalisation d'un abri en tôle métro en arrière du mamelon Sud.
- Un poste de tir vers le col du Mont-Cenis au bord de la falaise entre les deux mamelons.
- un emplacement de tir couvert sur les pentes Nord, vers la Maurienne.


EFFECTIF, Commandement et/ou unité


Après une longue période de gardiennage civil, le fort est réoccupé par le 13° BCA à partir de 1924. Il est remplacé par le 71° BAF à partir de 1935.

L'effectif du fort était en 1940 de 80 hommes des du 71e BAF, 164e RAP, 4e Génie et SES du 15e BCA placés sous le commandement du Slt PRUDHON commandant l'ouvrage
Le détachement de la 4° Bie du 164° RAP (Artillerie) était placé sous le commandement du Slt Chandersis


EQUIPEMENT, Extérieurs


L'ouvrage et les baraquements sont ravitaillés par deux téléphériques fixe double câbles depuis Termignon et la Madeleine (position d'Armée, entre le col du Mont Cenis et le Replat des Canons)


HISTORIQUE, Chronologie


- 21 Juin 1940 : les italiens commencent leur attaque massive sur les cols frontières de Maurienne. A 9h, les 75mm de la TURRA arrêtent une colonne ennemie au col de la Tomba, au dessus des Arcellins. En fin de matinée, le fort arrête une colonne de chenillettes italiennes sur la route du col du Mt-Cenis.

En après-midi, les tourelles de 149mm des batteries cuirassées italiennes de La Court et du Paradis prennent à partie le fort, sans succès. Il s'en suit une attaque sur l'AP des REVETS, qui résiste, couvert par les tirs de la TURRA.

Le 21 au soir, les troupes d'intervalle se replient pour éviter de se faire bloquer à revers par l'attaque italienne dans le vallon d'Ambin, laissant les éléments de forteresse de Haute-Maurienne isolés avec une mission de retardement.

- 22 Juin 1940 : dés l'aube le fort participe à la protection de l'AP des REVETS qui est à nouveau attaqué. Il ne peut malheureusement que constater la perte du bloc des ARCELLINS, pris dans l'après-midi par des éléments descendant des Ouillons.

Par deux fois, à 14h et 21h, les italiens essaient de descendre vers le fort en provenance du pas de la BECCIA. Les attaquants sont arrêtés puis repoussés par des tirs de 75mm d'une des deux pièces sous roc qui est sortie et réorientée pour l'occasion.

Au soir du 22, la Haute-Maurienne est occupée, mais le fort et l'AP des REVETS tiennent toujours.

- 23 Juin 1940 : dés les premières heures, une nouvelle descente en provenant du pas de BECCIA est arrêtée un fois de plus par la pièce de 75mm mobile. Le fort arrête dans l'après-midi une nouvelle colonne de blindés légers aventurée sur la route du col du Mt-Cenis.

- 24 Juin 1940: cette journée voit une répétition quasi à l'identique du scénario italien de la veille, avec toujours aussi peu de succès. Les attaques successives vers l'AP des REVETS sont à nouveau des échecs, aggravés par une sérieuse dégradation de la météorologie, avec neige et vent.

Lorsque l'armistice entre en vigueur le 25 à 0h35, les deux fortifications du col tiennent toujours et auront bloqué toute tentative de passage de la part de l'ennemi. Les occupants du fort et de l'AP seront autorisés à évacuer avec armes et bagages le 1er juillet, et rejoindront les lignes françaises après avoir reçu les honneurs de leurs adversaires.


le 25 juin 1940, deux coureurs envoyés par le sous- lieutenant Cavin, arrivent au fort pour demander si l'armistice est effectivement entrée en vigueur.

Source(s) : Gazette des Uniformes (Hors série n°10) - La bataille des Alpes 1939-1940 - Page(s)75
Gazette des Uniformes (Hors série n°10) - La bataille des Alpes 1939-1940 - BERAUD Henri et Yves BERAUD Henri et Yves - Regi'arm - 2000 - 76 pages
(page 75)



HISTORIQUE, Construction


Le fort de la TURRA est construit entre 1893 et 1900. Les terrassements se font de 1893 à 1895, suivi de la construction des deux blockhaus d'entrée Nord (1898) et Sud (1900). En 1898, les locaux sous roc sont à leur tour percés pour abriter de l'artillerie. Ces travaux seront inachevés en 1914.

1901-03 : construction des casernements, en commençant par celui du Nord, puis alimentation en eau du fort en 1907.

En 1932, le fort a fait l'objet d'une étude de modernisation par bétonnage des casemates sous roc et de certains locaux qui n'a pas été suivie de faits. Par contre les deux casemates sous-roc centrales sont transformées pour recevoir des 75mm sur plateforme Arbel. Par ailleurs, divers postes de tir et l'observatoire seront réalisés.



© 2018 -Tous droits réservés wikimaginot.eu - Cette page a été mise à jour le 19/10/2018