Wikimaginot, le wiki de la ligne maginot




169° Régiment d'Infanterie de Forteresse

(169° RIF)






Le 169° Régiment de Forteresse est un régiment d’infanterie de forteresse de réserve de type RFM/RFL.
Il occupe le sous-secteur d’Oeutrange du Secteur Fortifié de Thionville.

Insigne du 169° RIF

L'insigne du 169° RIF



Mobilisation

Le 169° RIF est mobilisé par le Centre Mobilisateur d’Infanterie 61 de Labry (54). Il est formé le 27 aout 1939 au camp d‘Angevillers à partir d’éléments du 3° Btn du 168° RIF et renforcé par des éléments de réserve originaires de la région parisienne, du Nord et de Lorrains régionaux.


Formation du 169° RIF

Formation des unités du 169° RIF à partir du III/168°


La mise en place se déroule sans incidents car beaucoup connaissent déjà le secteur et les ouvrages où ils ont servi pendant l’alerte de 1938.



Composition

Comme les 22° , 23° et 162° RIF , le 169° RIF ne comportait que deux bataillons.

Le tableau ci-dessous résume les armements des compagnies du régiment.

Armement du 169e RIF


Ces compagnies vont occuper les intervalles entre les ouvrages du sous-secteur.


Implantation

Le régiment occupait les PC suivants :
- PC du régiment au Bois de la Côte
- PC du I/169° au PC de la Kolf près d’Oeutrange
- PC du II/169° au PC du Batzenthaler Busch près d’Angevillers


Au 26 décembre, les compagnies de mitrailleuses occupaient les quartiers suivants :
- 1° CM : sous-quartier d’Entrange
- 2° CM : sous-quartier Charles Ferdinand (PC à l’abri X5 du Bois de Kanfen)
- 5° CM : sous-quartier de Molvange
- 6° CM : sous-quartier du Grand Lot
- 7° CM : sous-quartier d’Angevillers


Les CHR occupaient les cantonnements suivants :
- CHR I/169° : initialement prévu à Oeutrange mais finalement à Beuvange
- CHR II/169° : mine d’Angevillers à Algrange


Le 169° comporte également deux CEO (Compagnie d’Equipage d’Ouvrage) qui armaient les ouvrages du secteur :
- 5e CEO :

- Casemates C42 et C43 de Kanfen
- Casemate C41 Entrange
- Abri X4 Petersberg
- Ouvrage A9 Molvange

- 6e CEO:

- Casemates C39 et C40 Petersberg
- Casemates C37 et C38 Escherange
- Casemate C36 Grand Lot
- Ouvrage A8 Rochonvillers


Encadrement

État-Major

- Chef de corps : LTC FAYARD puis LTC BOECKLER (fin mars) et CB TOUSSAINT (nommé le 5 juin par décision du général commandant la 3e Armée. Auparavant à l’ouvrage A17 Metrich)
- Adjoint : CB WALLON (Réserve - tué à Rosières-aux-Salines le 17 ou 18 juin)
- Adjoint : Cne POISSON (Réserve)
- Lt KALCK


1° Bataillon

- Chef de Btn : CB CLERC (active)
- Section de Commandement :

- Lt KEIME (Réserve) (1)

- 1° CM :

- Cne JARSELA (Réserve)

- 2° CM :

- LT BRUYERE
- Lt Maurice CAQUARD (Réserve) : chef 2° section

- 1° CEAFV :

- Cne RIDEAU (Active) : Cdt Cie
- Lt NIGORGE (Active)

169° RIF - Le SLt BARTRINGER, du I/169° RIF

Le Lt KEIME et le Ss-Lt BARTINGER au PC du II/169°


2° Bataillon

- Chef de Btn : CB TOURRET (active)

- Section de Commandement :

- Adjudant major : Cne ELLUARD
- Officier renseignements : Lt LAPLANE
- Officier transmissions : Lt PEUNIER
- Officier Z : Ss-Lt BURLET
- Officier détails : Ss-Lt TRIFFAULT
- Officier pionnier : Adjt-chef puis Lt SPORN
- Médecin-chef : Médecin Lt X


- 5° CM

- Cdt Cie : Cne UTARD
- Chef sections : Lt X, Ss-Lt BESNIER

- 6° CM

- Cdt Cie : Cne LAPEYRE (affecté au I/115° RI - 20° DI le 8 juin 1940) puis Lt BENTEGEAT
- Chef sections : Lt BEAUGRAND, Lt X

- 7° CM

- Cdt Cie : Cne X
- Chefs sections : Lt BENTEGEAT, Lt X

- 2e CEAFV

- Cdt Cie : Lt puis Cne BUREAU puis Cne GILBERT
- Chef section mortiers : Lt BOSS
- Chef 1re section 25 : Lt BOISSEL
- Chef 2e section 25 : Adjt-chef X
- Chef 3e section 25 : Ss-Lt DELREZ
- Chef 1re section FV : Ss-Lt MEYBLUM puis Adjt BAUDREZ
- Chef 2e section FV : Aspt X

- CHR II/169e

- Cdt Cie : Cne WEINSTEIN
- Officier approvisionnement : Lt MARTIN


Compagnies d'Equipage d'Ouvrage :

- A8 Rochonvillers :

- Cne Roger SOMET, major de l’ouvrage

- A9 Molvange :

- CB JUSTAMON (commandant l’ouvrage, prisonnier à l’Oflag VIA)
- Cne Maurice PAQUERON (Cdt infanterie et second de l’ouvrage)

- Casemate C36 Grand Lot :

- Lt HEINTZ

- Casemates Escherange C37 et C38 :

- Lt MENEZ

- Casemates Petersberg C39 et C40 :

- Lt RATKOSKY (Cdt des deux casemates)
- Sgt MANSARD (Cdt C40 Petersberg Est)

- Casemates Bois de Kanfen C42 et C43 :

- Lt LABORDE


Autres personnels

- Ss-Lt LEONARD : commandant B14, B14bis et B15 après le 13 juin
- Ss-Lt BARTRINGER
- Adjt-chef GAN, maitre armurier
- Médecin Ss-Lt BONNIN
- Sgt-chef COCHAUX (tué à Rezonville lors de la retraite)


Historique

Jusqu'au 10 mai 1940

Peu d’évènements particuliers sont à noter jusqu’au début 10 mai 1940. Les unités occupent, équipent et entretiennent leurs emplacements de combat.

A partir du 2 octobre le 169° RIF est renforcé par la présence de deux bataillons de la 22° DI, les II/62° et III/62° RI. Ils seront remplacés à fin octobre par des compagnies du 116° RI.


La 56° DI relève la 22° DI dans le secteur d’Oeutrange à partir du 15 décembre. Le 294° RI et le 306° renforcent le 169° RIF :

- I/294° (CB FROMENTIN) avec 6° CM du 169° dans le sous-quartier du Grand Lot
- II/294° (Cne LEYAT) avec 7° CM dans le sous-quartier d’Angevillers
- III/294° (CB POLIMANN) avec 5° CM dans le sous-quartier de Molvange
- I/306° (CB JOURDOIS) avec 1° CM dans le sous-quartier d’Entrange
- III/306° (CB BACQUERIE) avec 2° CM dans le sous-quartier Charles Ferdinand



Mai 1940

Le 10 mai, les Allemands entrent au Luxembourg. Le Cne GILBERT de la 2° CEAFV note que les premiers obus tombent sur le quartier à partir du 12 mais, ne causant que d’infimes dégâts jusqu’au 13 juin, avec seulement quelques blessés.
Le CB JUSTAMON note le courage et le calme du Cne PAQUERON qui inspecte les dessus de l’ouvrage de Molvange alors qu’il est mitraillé par 5 avions ennemis volant en rase motte. Il indique que l’ouvrage est au contact immédiat de l’ennemi sur sa face nord à partir du 16 mai.

Le Lt KALCK de l’EM du régiment fait état de fréquents et violents bombardements de l’artillerie ennemie sur les PC du régiment et des bataillons, sans causer de grands dommages néanmoins.

A partir du 20 mai la 56° DI quitte le secteur. Les unités du 169° restent seuls en ligne.


Juin 1940, la retraite

Le 12 juin, le CB TOUSSAINT, nouveau chef de corps reçoit l’ordre de se tenir prêt à faire mouvement vers l’arrière, avec toutes les unités d’intervalle. Il doit s’intégrer à la division de marche formée par le Secteur Fortifié de Thionville (3).

13 juin 1940

Le Lt GOUVELLO, chef de section à la 5°CM et commandant du PA du Petersberg, nous raconte que le 13 juin vers 22h, il est convoqué d’urgence par son commandant de Cie, le Cne UTARD, à son PC dans l’abri X3 du Petersberg. Le Cne donne ses ordres : "Le 169e RIF doit abandonner les positions qu’il occupe depuis le début de la campagne et se replier. Rassemblement des compagnies au PC du bataillon et départ en colonne pour Uckange où le bataillon doit, en principe, embarquer pour une destination inconnue".

Les garnisons d’ouvrage restent en place. L’effectif d’une section à peine (un groupe de fusiliers voltigeurs et un groupe de mitrailleurs) restera sur place pour protéger le repli des unités occupant les dessus de l’ouvrage A9 et le vallon allant jusqu’à l’ouvrage A8 ». Le Lt GOUVELLO est désigné pour commander cette section et est rattaché directement sous les ordres du CDT JUSTAMON, commandant A9.


Ce jour là, le le LTC Guillemain du 151° RAP prend sous ses ordres les blockhaus B14, B14bis et B15 situés à proximité de A8 qu’il commande. Les blockhaus sont commandés par le Ss-Lt LEONARD du 169°.


Dans la soirée du 13 juin, les différents détachements du 169° RIF décrochent de leurs positions.
La 5° CM quitte sa position à 22h, arrive à la sortie nord d’Algrange à 23h pour en repartir à 4h du matin et arriver à Vernéville à 18h. Hommes et chevaux ont souffert de la marche, à cause du manque d’entrainement, de la longueur de l’étape et de l’encombrement des routes.
La 2° CM quant à elle va stationner à Montois-la-Montagne. La CHR est rassemblée à la mine d’Algrange à minuit.


14 juin 1940

A partir du 14 juin, le commandant de A9, le CB JUSTAMON, prend sous son commandement les casemates C40, C41, C42 et C43 pendant que lui-même passait sous les ordres du colonel O’Sullivan, du SFT, qui venait de transporter son PC à l’ouvrage de Metrich.


Le même jour, le Lt GOUVELLO évacue de l’abri X3 du Bois d’Escherange, le plus possibles de vivres, armes, grenades et munitions qu’il va stocker dans l’abri X4 du Petersberg. En partant il détruit la centrale électrique de l’abri. Avec seulement 32 hommes il doit tenir un front de 2 km et faire du volume pour laisser croire à l’ennemi que les positions sont toujours fortement tenues. Des éléments avancés allemands se trouvent au bois des Quatre Seigneurs et dans le village d’Escherange.


Le Cne SOMET, major de l’ouvrage A8 nous rapporte que le 14 juin, 30 % des effectifs de l’équipage quittent celui-ci, avec deux jours de vivres, en direction de Neufchâteau. Les hommes ne sont armés que de revolvers. La plupart, dit-il, seront fait prisonniers à Metz dès le surlendemain.


Le Cne GILBERT, commandant la 2e CEAFV, indique que le II/169° avait commencé son repli le 14 au matin. A Neufchef e Avril la tête de colonne est embouteillée par l’embarquement désordonné d’éléments de la 56° DI. Des détours et trajets inutiles retardent la marche dans forêt de Moyeuvre. Des éléments du 160° RAP, rattachés au 169°, sont bombardés par avion à Vernéville vers 12h et doivent abandonner 3 canons de 105L13 par suite des pertes des attelages.

15 juin 1940

Du côté de A9, le Cdt JUSTAMON nous dit que 40% de l’effectif est renvoyé vers l’arrière le 15 juin. Le Cne PAQUERON demeure seul officier d’infanterie.


Le Lt Paul Mathieu quitte A9 sur ordre du Cne Paqueron (4). Dans la nuit du 15 au 16, à3h du matin, le Lt remet le drapeau du 169° RIF à l’adjt-chef Boidhenghien qui dispose d’une voiture et lui donne l’ordre d’essayer de passer avant d’être encerclé par les troupes allemandes.

La 5°CM, se remet en route vers 20h et, en passant par Onville, arrive à Gravelotte au lever du jour où stationne également la 2° CM.


16 juin 1940

Les éléments du 169° continuent leur progression vers Nancy. Nous apprenons que la 2° CM a stationné à Saizerais, au NO de Frouard.


17 juin 1940

En fin d’étape, le stationnement était le suivant :
- 1° Btn dans les casernes de Vandoeuvre
- 2° Btn dans la forêt de Haye
- CDT et PC RI aux Cinq Tranchées sur la route entre Toul et Nancy

Vers 18h, le commandant du régiment recevait l’ordre d’aller dès que possible occuper un sous-secteur s’étendant le long du canal de la Marne au Rhin de Saint-Nicolas-de-Port – Varangéville à Sommerviller exclu ; il était en outre chargé de mettre en place plus à sa droite vers Maixe et au-delà le I/167e RIF et un bataillon du 164° RIF.


18 juin 1940

A 8h, le 169° RIF occupait le dispositif suivant :
- 1° Bataillon : quartier allant de Sommerviller exclu à Dombasle inclus, liaison à droite avec le I/167e RIF
- 2° Bataillon : quartier allant de Dombasle exclu à Saint-Nicolas-de-Port inclus, liaison à gauche avec le I/160e RIF
- Compagnie de Cdt et PC RI : hauteur 200m SE de l’école de Rosières-aux-Salines


19 juin 1940

Le 19 juin, le PC se porte à Coyviller. La Cie de commandement et le Groupe Franc du régiment organisent la défense du village qui va être soumis à de copieuses et fréquentes rafales d’artillerie. A 7h les Allemands s’infiltrent dans Rosières occupé par les hommes du Cdt CLERC. En fin de matinée, ceux-ci se replient sur les hauteurs à 300 m à l’O de Rosières où ils organisent un point d’appui. A 14h30, le chef de corps voit passer le 1er Btn du 160° RIF porteur de drapeaux et panneaux blancs. A 16h, le 169° RIF reçoit un ordre écrit de repli d’avoir à se porter au Bois Brûlé NE de Bayon.


20 juin 1940 : la capture

Le CB TOUSSAINT rapporte que le 20 juin, en route pour Bayon, les débris du 169e RIF sont, sur l’ordre du général BESSE détournés, sur Xirocourt d’où ils tentèrent de gagner Mirecourt. C’est aux environs de cette localité qu’ils trouvèrent la route barrée par l’ennemi.

Et se rendirent.


Notes :
(1) Le lieutenant KEIME avait été curé d'Angevillers. Fait prisonnier en juin 1940 avec le reste du régiment, il a été relâché par les Allemands en tant qu'Alsacien. Il a ensuite été expulsé de Lorraine. En février 1941 il est vicaire à Tassin-la-Demi-Lune près de Lyon.
(2) D'après le rapport du Cne GILBERT SHD SHD 34N160
(3) La Division de Marche dite DM Poisot, est formée de l'EM du SF et EM des armes (sauf EM ISF), des 167°, 168° et 169° RIF, du 21° Btn du 168° RIF, du 70° RAMF, du 151° RAP, d'éléments du 160° RAP, des Compagnies du Génie 203/1 et 203/2, des Compagnies de Transmissions 203R et 203T, du Centre d’Instruction du SFT, de la Compagnie Auto du Train 203, du GSD 203 et des éléments des services du SFT
(4) Le Lt est accompagné des hommes suivants : adjudant-chef Boidenghien, adjudant Henneton, sergent-chef Molvinger, sergent Vaxcin, caporal-chef Pennequin, caporal Burillon et Ganster, 1re classe Duranthon et Fauvel, 2e classe Philippe, Schmuck, Dupas, Luzeau, Bete, Froment, Tinguely, Risicki, Mullot, Longuépée, Scuplet, Brossard, Moniez, Lalau et Collignon. Le médecin-lieutenant Bigore et l’adjudant pharmacien Burlet s'étaient joints au groupe au départ de l'ouvrage.



Refonte complète de la page, rédaction de la mobilisation, l'organisation l'encadrement et l'historique : 08/10/2021 - Michel Teiten - © wikimaginot.eu

Sources : SHD carton 34N160, Hommes et ouvrages de la ligne Maginot T2, wikipedia, web, memorial genweb


Secteur(s) concerné(s) :SFT




Page n° 1000180 mise à jour le 11/10/2021 - © wikimaginot.eu 2015 / 2021




Cette page peut receler des erreurs, des inexactitudes ou être incomplète.
Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer en y participant.

Pour cela rien de plus simple: il vous suffit de cliquer sur
Nous contacter au bas de cette page
pour nous faire part de vos commentaires, suggestions, corrections ou informations et nous transmettre vos photos et documents.

Merci d'avance, la communauté wikimaginot.eu